Le P-DG du complexe Enie de Sidi Bel Abbès a réagi, hier, aux récents écrits de presse relatifs au malaise que l’entreprise vit depuis quelque temps. Il a rendu public un communiqué dans lequel il a indiqué que le Conseil interministériel avait traité de la situation financière de l’entreprise afin de transformer les fonds du plan de développement non consommés en fonds d’investissements complémentaires et en fonds de roulement pour les entités PLD de l’Enie. Un traitement indulgent de la part du Conseil de Participation de l’Etat sera très appréciable et surtout en ces moments difficiles que traverse l’entreprise actuellement, a souligné le responsable de l’Enie dans son communiqué.
L’entreprise a été secouée récemment par un mouvement de grève des travailleurs de son usine d’intégration électronique et qui a pris fin après des réunions tenues avec le partenaire social et les travailleurs, qui ont été sensibilisés sur la situation actuelle de leur entreprise. « La grève a été provoquée par des cadres de l’entreprise candidats aux élections du conseil de participation de l’entreprise, pour obtenir des voix », assure-t-on.
Le P-DG de l’Enie a révélé par ailleurs que le Conseil interministériel, lors de sa réunion du 22 octobre 2019, avait décidé de créer un pôle d’excellence en électronique à Sidi Bel Abbès, dont le noyau est son Entreprise nationale des industries électroniques (Enie). Actuellement, il attend l’examen du projet par le nouveau conseil de participation de l’Etat pour sa concrétisation. Un pôle d’excellence en électronique qui sera créé en partenariat avec le ministère de la Défense nationale et se spécialisera dans la fabrication des composants de dernières générations, afin de réaliser une indépendance du pays dans les domaines technologiques.
Le nouveau projet regroupera l’Enie et son usine d’intégration électronique, de photovoltaïque, d’étalonnage et ses laboratoires de recherche et développement, ses partenaires, à l’exemple de la société Seman, partenaire de Schneider Electrique France et qui se spécialise dans la fabrication des cellules des transformateurs électriques, et la société Fimer Algérie, partenaire de Fimer Italie, qui se spécialise, quant à elle, dans la fabrication des onduleurs pour les centrales solaires, en plus d’Alfatron, Inatel, Soremep, ainsi que d’autres entreprises à vocation électronique.
Le président-directeur général de l’Enie a, par ailleurs, annoncé le retour à la production de l’usine d’intégration électronique après une grève de trois jours, pour barrer la route à tous ceux qui veulent déstabiliser l’entreprise dans leurs intérêts personnels.
Une usine qui se spécialise dans la fabrication de cartes électroniques grand public et professionnels, d’une capacité de
1 000 000 par an et l’assemblage de tous types de produits électroniques d’une capacité de 300 000 produits/an et l’usine de photovoltaïque pour l’assemblage des panneaux photovoltaïques, le dimensionnement, la conception et la réalisation de solutions individuelles (off-Grid) destinés à l’éclairage public et périmétrique, le pompage, l’alimentation des skids pour chantier de forage, de réfrigérateurs pour la conservation de médicaments, les climatiseurs solaires, un laboratoire « MCE » qui est spécialisé dans l’étalonnage des équipements de test, la maintenance des cartes électroniques professionnelles et l’analyse des matériaux et l’autre laboratoire de recherches et de développement pour le Reverse Ingeniring mécanique, les systèmes embarqués, le circuit imprimé à 8 couches, la vidéosurveillance, l’affichage à LED et le solaire.<