napec

La vente directe représente aujourd’hui une industrie qui génère des milliards de dollars. Selon la Fédération mondiale des associations de vente directe (WFDSA), les ventes au détail par vente directe dans le monde pour 2018 s’élèvent à 192,9 milliards USD, enregistrant une augmentation de 1,2% par rapport à l’année précédente, contre 190,6 milliards USD en 2017.
La force de vente mondiale a également atteint un nombre record, en hausse de 1,6% par rapport à 2017, pour atteindre un total de 118,4 millions de personnes impliquées dans la vente directe dans le monde.
Le marché algérien, qui est en pleine croissance, a attiré un grand nombre de sociétés de vente directe locales et étrangères. Qnet est l’une des principales sociétés de vente directe d’Asie qui a une présence significative en Algérie depuis plusieurs années. Le business model de la firme permet à des personnes ordinaires et de tout horizon de démarrer leur propre entreprise en offrant des opportunités d’entrepreneuriat, avec des frais généraux minimes. Les distributeurs de Qnet, connus sous le nom de Représentants indépendants (IR), ont la chance de devenir financièrement autonomes, en améliorant le niveau de vie de leur famille et de leur communauté.
Cependant, les législations régissant cette industrie manquent de clarté. Qnet, qui ne précise pas si sa remarque vaut pour l’Algérie, mais on suppose que c’est le cas, est fermement convaincue qu’une distinction claire doit être établie entre les entreprises frauduleuses et les entreprises légitimes. La firme rappelle que « seul moyen de gagner de l’argent dans ce genre de commerce est à travers la vente de produits ». « Une fois que vous vous êtes inscrits en tant que distributeur, utilisez les produits à votre guise, et recommandez-les à d’autres personnes pour qu’ils les achètent et vous pourrez gagner des commissions sur les ventes réalisées par votre référence, ou celle de votre équipe de vente », précise un communiqué rendu public hier. « Qnet utilise un plan de remboursement qui calcule les commissions qui vous sont payables en fonction du volume de vente généré à travers vos référents via le portail de e-commerce ».
Très intéressés par le marché algérien et par les opportunités qu’il offre, les dirigeants de la firme asiatique affichent leurs ambitions pour prendre une place de choix et plus importante
« dans un marché encore vierge ». Avec plus de 34,5 millions d’abonnés à l’internet fixe et mobile (statistiques de 2017), le marché du commerce électronique en Algérie a de beaux jours devant lui. «Nous sommes en Algérie depuis plusieurs années et nous travaillons activement pour renforcer au quotidien notre réputation et notre position sur le marché par des compétences obtenues par nous-mêmes et des stratégies ciblées. Pour Qnet, l’Algérie est un marché stratégique qui démarre tout juste et qui s’inscrit dans le long terme», a affirmé Khaled Diab, directeur général de Qnet pour la région Moyen-Orient et Afrique du Nord (Mena).
Source Qnet