Par Bouzid Chalabi
Les services de la Régulation des marchés auprès du ministère du Commerce et de la Promotion des exportations sont décidés à contrecarrer toute tentative de hausse des prix à la consommation et pratiques spéculatives en ce début du mois de Ramadan. A cet effet, sept mesures strictes ont été prises.
C’est ce qu’a annoncé, hier, le directeur de la Régulation des marchés et des activités commerciales au ministère, Ahmed Mokrani, au micro de la chaîne Tv Echourouk news. Précisant que lesdites mesures «consistent pour l’essentiel à inonder le marché de pommes de terre fraîches issues des récoltes de la wilaya de Mostaganem, d’assurer un approvisionnement du marché de la semoule avec 9 600 quintaux quotidiennement, de mener une lutte farouche contre les spéculateurs et de contrôler sans relâche les marchés de gros de fruits et légumes et d’empêcher qu’ils soient fermés le vendredi». Il signalera dans ce sens que «8000 agents de contrôle sont à pied d’œuvre sur le terrain avec pour mission principale de dénicher toute tentative de spéculation sur les produits de large consommation». Comme il a souligné qu’«à travers toutes ses mesures, nous visons à assurer l’abondance des denrées alimentaires sur les étals du commerce de détail pendant tout le mois de ramadan et aussi de mettre fin à la hausse des prix enregistrée à la veille du weekend dernier. Lesquels ont dépassé la ligne rouge». A propos de la pomme de terre, il dira : «L’arrivée sur les marchés de gros des récoltes de saison issues de la wilaya de Mostaganem s’est traduite par une baisse sensible de son prix sur les étals de détail, à savoir 75 DA le kilogramme. On s’attend aussi à ce que le prix de la pomme de terre baisse encore au cours de la semaine prochaine». Revenant sur le cas de la semoule, le directeur de la Régulation récuse toute hypothèse de la rareté du produit, étant donné le volume important mis sur le marché au quotidien en vue d’assurer l’approvisionnement de tous les points de vente en quantités suffisantes. Comme il a soutenu : «Le défaut d’approvisionnement et l’augmentation du prix de la semoule sont provoqués de toute pièce, car c’est le but des spéculateurs.» Rappelant que les auteurs de pratiques commerciales illégales sont passibles de lourdes peines.
A propos de la mercuriale au niveau des marchés de gros des fruits et légumes et du détail, il a indiqué que «la hausse des prix de cette année est moins importante que celle observée lors du Ramadan 2021». Par contre, selon le responsable «une hausse sensible du prix de la volaille a été enregistrée ces derniers jours». Mais, d’après lui, «le déclin est attendu à partir de la semaine prochaine». Disons enfin que la frénésie à l’achat des citoyens va baisser considérablement dans les jours à venir, ce qui va se traduire par une stabilité des prix, voire même une baisse. C’est du moins ce qu’espèrent les consommateurs dont le budget a été sérieusement affecté à la veille du Ramadan.