Par Salim Benour
Durant la deuxième quinzaine de Ramadan, les prix des produits de large consommation, qui ont connu une hausse significative depuis bien avant le Ramadan, devraient baisser pour revenir à la normale. Selon le Directeur général de la régulation et de l’organisation des marchés, la tendance à la baisse devrait se confirmer d’ici les fêtes de l’Aïd.
Le Directeur général de la régulation et de l’organisation des marchés au ministère du Commerce a passé en revue, lundi, les activités de ses services. Une sorte de bilan au quinzième de Ramadan et un marché de la distribution qui reste encore marqué par la cherté des produits de large consommation. Sami Kolli, qui s’est exprimé sur la Chaîne I de la radio nationale, a insisté cependant sur la «stabilité» des opérations d’approvisionnement des marchés et sur la «disponibilité des produits en grandes quantités». Il a dit constater une légère baisse des prix des fruits et légumes. Une tendance qui devrait se confirmer, selon lui, durant les quinze derniers jours du mois de jeûne. Au sujet de la pomme de terre dont le prix a atteint des sommets, jusqu’à 180 dinars le kilo, il a fait savoir que les opérations de récolte de la nouvelle saison débuteront dans quatre wilayas, «ce qui aura un impact positif sur les prix». Les opérations de contrôle se poursuivront pour éviter le stockage, a-t-il déclaré. En ce qui concerne le lait en sachet, subventionné par l’Etat, la nouvelle cartographie de distribution de ce produit très demandé est entrée en vigueur, avec le lancement d’une application électronique pour suivre la traçabilité du produit depuis l’Office national interprofessionnel du lait (Onil) jusqu’au commerçant, tout en établissant la liste des détaillants de lait. Un dispositif attendu depuis longtemps en raison de la tension et des interminables queues pour l’achat de ce produit, mais dont il convient de vérifier l’efficacité au vu de la réalité du marché de la distribution, notamment au niveau des détaillants. M. Kolli a révélé que la première mouture pour la mise en œuvre de la décision sur l’augmentation de la marge bénéficiaire du lait subventionné était actuellement «en cours d’élaboration». Expliquant que la version finale, déjà prête, sera soumise en Conseil du gouvernement, alors que le texte sera publié au Journal Officiel avant la fin de Ramadan. Plusieurs autres lois, a-t-il mentionné, sont en cours de révision telles que la loi 03-03 relative à la concurrence, la loi 04-08 portant les conditions d’exercice des activités commerciales et la loi 04-02 relative aux règles applicables aux pratiques commerciales.
42 000 infractions entre janvier et fin mars 2022
Sur les «marchés de proximité», ouverts chaque année à cette période à des prix au-dessous de ceux pratiqués dans les magasins et sites commerciaux traditionnels, le responsable a fait un constat mitigé. Sur un total de 1 151 marchés qui étaient prévus par les services du Commerce, seulement 566 ont été ouverts au public. «Cela est dû à de nombreuses difficultés, dont principalement la réticence de certains commerçants à s’engager dans cette démarche», a-t-il indiqué sans donner les véritables raisons. Pour les préparatifs de la fête de l’Aïd, M. Kolli a indiqué que dans les marchés de proximité sont déjà ouverts des points de vente de vêtements et de chaussures. A cette occasion, a fait savoir ce responsable, le ministère du Commerce a autorisé les soldes et les opérations de vente au rabais à travers ces points et d’autres espaces commerciaux sans licence.
Au chapitre de la répression des fraudes, plus de 42 000 infractions commerciales ont été constatées au premier trimestre 2022, a déclaré Sami Kolli. Il a fait état de 549 135 interventions effectuées entre janvier et mars 2022, ayant permis 42 342 infractions, 39 831 procès-verbaux et la fermeture de 3 682 commerces.<