Qui a dit que l’informel a été démantelé ? Au contraire, il ne cesse de proliférer et squatter des espaces vitaux de plus en plus au niveau du chef-lieu de wilaya. Le constat de visu est que pas moins de deux espaces du chef-lieu de wilaya subissent un véritable diktat des marchands de l’informel. Car ne dit-on pas «chassez le naturel, il revient au galop» ? C’est le cas de cette activité gangrenant les espaces et l’activité commerciale, notamment au niveau de la cité El Amel, et l’artère du  20-Août-55, plus précisément à proximité de la DSP, l’EPH Mohamed-Boudiaf, le CEM Bentbibel et l’école Yousf-Hassen. En effet, l’artère en question très animée le mardi, jour de marché hebdomadaire, très bruyante à cause des klaxons de véhicules, des cris des marchands et autres, se retrouve complètement bloquée par les étals à même le sol des marchands, squattant sans scrupule les espaces, même ceux des commerçants payant régulièrement leurs impôts, et qui ne savent à quel saint se vouer. De temps à autre, des bagarres éclatent entre les jeunes marchands de l’informel qui ne respectent personne. Les riverains en ont ras-le-bol de cette situation insupportable et demeurent perplexes face au tintamarre, à l’insalubrité et autres rixes permanentes, faisant planer l’insécurité et l’inquiétude. Pour rappel, ces derniers n’ont cessé d’interpeller les pouvoirs publics pour organiser l’activité de l’informel, devenue un véritable fléau commercial portant préjudice à l’économie nationale. Le quartier du 20-Août-55 demeure un véritable calvaire à cause de ce pseudo marché. La circulation routière durant le jour du marché hebdomadaire dans cette artère est bloquée pratiquement, contraignant les conducteurs à emprunter d’autres rues et ruelles pour arriver à destination. Le chef-lieu de wilaya vit cette situation anarchique au moment où les marchés de proximité réalisés à coups de milliards sont désertés par les pseudo commerçants illégaux ne disposant d’aucun documents et travaillant sans payer d’impôts ni de loyer et viennent ainsi piétiner au su et au vu de tout le monde les espaces de ceux qui travaillent honnêtement, sans être inquiétés !

K.M.