PAR NAZIM B.
La campagne de sensibilisation aux dangers des produits aux couleurs et symboles, dits contraires aux valeurs de la société, lancée il y a une semaine par le ministère du Commerce, a pris fin hier. Non sans avoir suscité de l’incompréhension et de l’indignation dans certains cas.
Conçue sous le slogan «Protège ta famille, attention aux produits contenant des couleurs et symboles contraires à la religion et à nos valeurs morales», cette campagne nationale a recueilli aussi des mécontentements auprès de pans importants de la société.
Pour sa part, le ministre du Commerce, Kamel Rezig, a révélé que de grandes quantités de jouets et d’affaires scolaires portant ces couleurs et symboles ont été saisis. «La valeur de ces marchandises est estimée à 3,5 millions de dinars algériens», a souligné le ministre, ajoutant que 4 561 copies coraniques de différentes tailles ont été détruites, portant des dégradés de couleurs sur leurs pages qui affectent la croyance religieuse. Le ministre a considéré que «la valeur marchande est estimée à 4,5 millions de dinars algériens».
Dans une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux, une délégation de la Direction du commerce d’une wilaya de l’intérieur du pays s’adressait à de jeunes écoliers sur le danger des couleurs arc-en-ciel.
Les membres de la délégation indiquent chaque couleur de l’arc-en-ciel à part avant d’expliquer aux enfants que le rassemblement de toutes ces couleurs était une «mauvaise chose», sans pour autant pouvoir expliquer scientifiquement ces dires. «On ne doit pas les utiliser quand elles sont rassemblées. Quand on les trouve en vente, on n’achète pas. Celui qui en a à la maison qu’il les jette», suggère l’intervenant aux écoliers visiblement agacés par ce qu’ils viennent d’entendre. Surtout quand ils entendent qu’«il faut que chaque couleur soit seule, séparée».
Sauf que certaines images et scènes de la campagne ont suscité plutôt l’indignation et la colère des Algériens qui considèrent «absurde» et «irrationnelle» cette campagne. «Surtout n’oubliez pas d’appeler la police en urgence si vous apercevez un arc-en-ciel dans le ciel algérien. C’est très important pour l’avenir du pays», a réagi, avec sarcasme l’actrice Adila Bendimerad sur son compte Facebook.
L’action du ministère du Commerce a ciblé les places publiques, les centres commerciaux, les universités, les centres de formation et les centres culturels, avec la diffusion d’émissions interactives sur les chaînes de Radio et de Télévision et l’envoi de SMS de sensibilisation.
Intervenant en marge du coup d’envoi de cette campagne nationale, M. Rezig a fait savoir que l’objectif était de protéger les intérêts moraux du consommateur algérien conformément au décret 09-03 de février 2009 relatif à la protection du consommateur et la lutte contre la contrefaçon.
Les services du commerce «seront fermes avec chaque opérateur économique qui vend ces articles qui portent atteinte aux mœurs et à l’intérêt moral du consommateur», a déclaré le ministre, parallèlement au renforcement du contrôle, avec les services des Douanes et de la Police aux frontières, sur les articles importés, tout en appliquant «des sanctions très sévères contre les importateurs de ces articles».
Pour sa part, le président de la Fédération algérienne des consommateurs, Zaki Hariz, a indiqué que la fédération contribuera à cette campagne, notamment à travers des activités dans les écoles pour sensibiliser aux «risques de ces symboles et couleurs contraires aux valeurs et traditions de la société algérienne et nuisant aux intérêts moraux du consommateur, surtout les enfants», et ce, a-t-il dit, dans le cadre d’une convention avec le ministère de l’Education nationale.
Le Secrétaire national de l’Union générale des commerçants et artisans algériens (UGCAA), Issam Bedrissi, a souligné l’attachement de l’Union au succès de la campagne à travers la sensibilisation des commerçants et des opérateurs économiques pour les inciter à ne plus vendre ces produits et à contribuer à la moralisation de la vie commerciale. <