Le nombre d’exportateurs inscrits au Registre de commerce est passé à 5.498 opérateurs contre 4.749 fin 2021, selon le bilan du Centre national du registre de commerce (CNRC). Dans une déclaration à l’APS, la directrice de la coopération et de la communication au niveau du CNRC, Nadjet Oulmi a indiqué que «le nombre global des exportateurs inscrits au Registre de commerce a atteint, jusqu’au 14 décembre en cours, 5.498 opérateurs, dont 4.021 personnes morales (entreprises) et 1.477 personnes physiques». La wilaya d’Alger vient en tête avec 1.446 exportateurs inscrits, dont 1.295 personnes morales et 151 personnes physiques. Quant à la wilaya de Biskra, le nombre d’opérateurs à l’exportation inscrits au niveau du CNRC s’élève à 480 exportateurs, dont 271 personnes morales et 209 personnes physiques, ainsi que 275 exportateurs inscrits dans la wilaya d’Oran, dont 231 personnes morales et 44 personnes physiques, selon la même responsable. A une question sur les mesures prises par le CNRC pour accompagner les opérateurs à l’exportation, la responsable a cité la création d’un code unifié pour toutes les activités d’exportation (703101), de manière à faciliter la mission des opérateurs économiques contraints auparavant de se rendre à chaque fois aux annexes du centre pour ajouter le code d’un nouveau produit destiné à l’exportation. Mme Oulmi a souligné que la numérisation des services fournis par le Centre en faveur des commerçants et opérateurs économiques de manière générale a permis d’alléger le dossier à fournir pour l’obtention du registre de commerce, «le nombre de documents exigés étant passé de 14 par le passé à 1 seul document actuellement», ce qui permet au demandeur de retirer son registre de commerce le jour même du dépôt dans la plupart des cas. Par ailleurs, l’intervenante a souligné que le dernier délai pour la modification des registres de commerce et l’introduction du code électronique est fixé au 31 décembre 2022, appelant les opérateurs économiques retardataires à se rapprocher des annexes du CNRC pour la mise en conformité des extraits du registre de commerce dans les délais fixés, affirmant qu’une fois ce délai expiré, «tout opérateur contrevenant se verra retiré la qualité de commerçant».
(APS)