Une importante opération de spéculation sur un produit de base sensible a été déjouée ces derniers jours par le département du Contrôle et de la Pratique commerciale et anticoncurrentielle, relevant de la Direction du commerce d’Oran, une cargaison de 30 tonnes de sucre , en plus d’une quantité considérable d’autres produits, a été saisie dans un dépôt à haï Es Seddikia. Une saisie hors norme que les inspecteurs de la DCP d’Oran ont qualifié de très importante, comme nous l’a confié le chef de service du Contrôle et de la Pratique commerciale qui précisera, que ces derniers jours, un camion de type semi-remorque a été intercepté en plein déchargement d’une quantité du sucre estimée à 30 tonnes. Aucune facture ni registre de commerce et encore moins de document attestant de la légalité du dépôt où était entreposée une autre quantité considérable de denrées alimentaires de première nécessité. Selon notre interlocuteur, il a été saisi en plus du sucre, 2 400 kg de margarine, 2 680 kg de riz,
2 400 kg de pâtes alimentaires de diverses marques, ainsi que 8 880 kg de couscous toutes marques confondues, le tout pour une valeur marchande de l’ordre de plus de 500 millions de centimes. Les mis en cause dans cette affaire de rétorsion de stock à des fins spéculatives n’ont pu présenter de documents justifiant cette pratique commerciale, même le dépôt, où était entreposé tout la marchandise n’avait aucune assise légale, ni inscription au Centre national du registre de commerce (CNRC). Selon le chef service de la DCP, une facture a tout de même été présentée, mais, pour l’œil avisé des inspecteurs de la direction du commerce d’Oran, cette facture avait tout l’air d’un faux.
C’est d’ailleurs dans ce cadre de l’enquête, toujours en cours, que des vérifications sont menées auprès de leurs homologues de la DCP d’Alger, afin d’en vérifier l’authenticité et confirmer son éventuelle inscription au CNRC de cette wilaya. Selon nos sources, la marchandise en question aurait pris le départ d’une minoterie implantée dans l’une des wilayas du Centre et devait atterrir dans un dépôt à Sidi Bel Abbès, il se trouve que la marchandise a été saisie à Oran, ce qui pose la question de savoir à qui était réellement destinée cette marchandise ? Pour l’heure, la marchandise a été saisie en totalité sur place et une procédure judiciaire a été ouverte, les mis en cause devront répondre des griefs de détention et de pratiques commerciales frauduleuses sur des produits, dont le prix est soutenu par l’Etat, afin d’assurer un pouvoir d’achat déjà mis à mal pour les couches démunies de la population. Il faut savoir qu’une partie importante de la population consacre la quasi-totalité de ses revenus à se nourrir. Une hausse brutale des prix des denrées alimentaires de base, tout comme leur volatilité, peut ainsi faire basculer des pans entiers de la société, déjà dans la limite de survie, dans la faim et la pauvreté.
J.M.