Chargé mercredi dernier par le chef de l’Etat d’en assurer l’intérim, le ministre de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Ville, Abdelmadjid Tebboune, a pris jeudi ses fonctions de ministre du Commerce, département qu’il dirigera à la place de Bakhti Belaïb, qui suit un traitement médical. Lors de la cérémonie de son installation, jeudi, M. Tebboune a indiqué qu’il comptait poursuivre le travail déjà entamé par M. Belaïb en ce qui concerne essentiellement la réduction de la facture des importations, l’encouragement de la production nationale, la promotion des exportations et le renforcement des moyens de contrôle du marché national.

« C’est un intérim de gestion courante de ce qui a été déjà décidé sauf que chacun a sa méthode de travail. Nous devons travailler avec précision car le rôle du ministère du Commerce n’est pas simple, c’est une lourde responsabilité », a déclaré M. Tebboune aux cadres du ministère du Commerce présents à cette cérémonie. Précisant que l’Algérie devrait préserver ses ressources en devises dont elle a réellement besoin, allusion à la politique des quotas gérée par son prédécesseur et qu’il compte poursuivre. « Les quotas de véhicules, de ciment… qui sont fixés pour les importations doivent être gérés en fonction des besoins du pays. L’objectif est de ne pas créer de pénuries et surtout de ne pas stocker des matières et encourager la dilapidation de nos ressources en devises », a-t-il insisté. Rappelant la conjoncture actuelle du pays qui nécessite une plus grande performance dans la gestion, le ministre a alors émis des réserves quant à l’importation de produits
« superflus » ou de produits fabriqués localement. « Notre objectif est de protéger notre économie nationale. Ce que nous dépensons en superflu devrait être dépensé dans l’essentiel et dans ce dont le citoyen et le pays ont besoin ».