Après quelques matchs de Ligue 1 dans les jambes, Rayan Aït Nouri avait délaissé Angers en octobre dernier pour rejoindre Wolverhampton en prêt, quittant le nid et volant de ses propres ailes à seulement 19 ans pour tenter de s’imposer dans le championnat le plus relevé au monde. Justement, comment se déroule cette aventure de l’autre côté de la Manche ?
«Ça fait toujours un petit pincement au cœur de voir partir un garçon comme ça, d’abord parce que c’est un bon garçon et aussi je pense un futur très très bon joueur». Ces mots avaient été prononcés par Stéphane Moulin en octobre dernier au moment où l’entraîneur d’Angers avait confirmé le départ de son protégé en conférence de presse.
Rayan Aït Nouri, 19 ans, avait quitté le SCO, son club formateur, après avoir disputé une vingtaine de matchs en Ligue 1. Malgré l’intérêt de Barcelone, Manchester City, ou encore du Paris Saint-Germain, c’est à Wolverhampton que se retrouve le latéral gauche qui a pour agent Jorge Mendes. Et le jeune joueur avait montré l’entendu de son talent dès sa première apparition avec Wolverhampton. Pour son premier match en Premier League avec les Wolves en octobre dernier face à Crystal Palace, le jeune latéral gauche français avait participé à la victoire à son équipe en inscrivant le premier but du match (victoire 2-0).
Un premier but dans le championnat anglais et un titre d’homme du match à la clé, mais surtout un premier but en professionnel tout court, et il devient le plus jeune joueur de l’histoire des Wolves à 16 sans inscrire un but en Premier League. De sacrés débuts pour le défenseur reconverti piston dans le système de Nuno Espirito Santos cette saison. Mais que s’est-il passé après ? Comment se déroule la saison du joyau angevin en Angleterre ?
Une saison en dent
de scie
Si pour sa première, Aït Nouri avait été étincelant, ça s’est un peu plus compliqué par la suite. «Il a connu un début de carrière incroyable chez les Wolves, marquant quelques minutes après ses débuts et réalisant un excellent match face à l’un des attaquants les plus dangereux du championnat, Wilfried Zaha. Depuis, ses performances ont été mitigées, avec quelques périodes d’absence de l’équipe et des blessures qui ont joué un rôle », explique Gully Kular du podcast Wolves Fancast.
Pour autant, le joueur formé au Paris FC a du temps de jeu cette saison. Titulaire 40% du temps avec Wolverhampton, il a jusqu’à aujourd’hui disputé 1 283 minutes sous la tunique orange. Un bilan plus qu’intéressant pour un rookie en Premier League, qui découvre le très haut niveau cette saison et le championnat où évolue l’un de ses modèles Andrew Robertson.
Autre point noir de la saison d’Aït Nouri, la sélection. International Espoirs avec l’Équipe de France (5 sélections), ce dernier a loupé plusieurs rassemblements à cause de blessures fin 2020, et n’a plus été appelé par Sylvain Ripoll, voyant Adrien Truffert le devancer dans la hiérarchie. Il n’a donc logiquement pas été appelé pour disputer la phase de groupes de l’Euro U21, alors qu’il avait participé aux qualifications.
Il séduit en interne
Au-delà de performances mitigées dont parlait Gully Kullar, Aït Nouri a également montré qu’il avait un potentiel très intéressant : «les fans des Wolves peuvent voir qu’Aït Nouri a beaucoup de talent. C’est un joueur ordonné avec le ballon et il est efficace dans les zones offensives. Parfois, il essaie d’en faire un peu trop avec le ballon, mais il est excellent techniquement. Sur le plan défensif, il s’est amélioré au fil de la saison, mais au début, il était la cible des équipes avec de longs ballons et une pression physique. Son meilleur match défensif a probablement été à l’extérieur contre Manchester United, bien que le but à la dernière minute de Marcus Rashford soit venu de son côté.» Il a donc progressé défensivement et s’est habitué à l’intensité de la Premier League, comme l’attendait Nuno Espirito Santos en début de saison.
De quoi totalement convaincre les dirigeants du club du comté des Midlands ? Si la position des patrons du Molineux Stadium n’est pas encore connue, il semblerait que le franco-algérien ait rapidement séduit tout le monde, et notamment son capitaine Conor Coady qui avait été très élogieux dernièrement à son propos : «c’est un jeune garçon qui vient d’un autre pays. C’est une personne fantastique, c’est génial de l’avoir autour de soi (…) il est très vif. Il vous met à l’envers. Il a des tas d’astuces.»
Quel avenir pour Aït Nouri ?
Si le jeune angevin est prêté avec option d’achat aux Wolves, son avenir reste incertain. Le joueur est talentueux, mais le club anglais sera-t-il prêt à mettre sur la table les 22 millions d’euros nécessaires et inscrits dans son contrat ? Le franco-algérien, qui a pour agent un certain Jorge Mendes, a un argument qui plaide en sa faveur : le manque de profondeur à son poste.
«Wolverhampton a une grande décision à prendre, avec Jonny qui sera probablement blessé pour la majorité de la saison prochaine. Marçal n’a pas été fiable non plus, manquant une grande partie de la saison avec un certain nombre de blessures, donc il serait logique de garder Rayan au club. Il a beaucoup à développer, mais aussi beaucoup de talent brut, en particulier dans les zones offensives et il pourrait devenir un élément très important de l’équipe s’il reste au club. S’il part, nous n’avons pas de défenseurs gauchers naturels en forme et disponibles pour le début de la saison, à l’exception de Marçal, qui a montré qu’on ne pouvait pas compter sur lui», explique Gully Kullar.
Marçal, recruté en provenance de l’Olympique Lyonnais, a donc vu Aït Nouri lui passer devant dans la hiérarchie. De quoi faire réfléchir Nuno Espirito Santos et ses dirigeants. Avec la longue absence de Jonny à venir, c’est un boulevard qui se dessine pour le natif de Montreuil. Mais que décidera Wolverhampton ? Si le joueur a longtemps été cité comme étant une cible de Leonardo pour le Paris Saint-Germain, ou pour d’autres cadors européens, les intéressés pourraient profiter de la progression du joueur pour sauter sur l’occasion et enfin l’attirer. Globalement, la saison d’Aït Nouri à Wolverhampton est intéressante. Le jeune joueur a sauté dans le grand bain à 19 ans et a sûrement emmagasiné énormément d’expérience. Un bon signe pour la suite de sa carrière qui s’annonce déjà prometteur, quel que soit le chemin qu’elle prendra la saison prochaine. n