Les festivités officielles commémorant, ce lundi, la double date historique du 20 Août 1955-1956, liées respectivement à l’offensive du nord-Constantinois et le Congrès de la Soumam, seront marquées par un programme protocolaire concocté par les services de la wilaya. Tout d’abord, un recueillement solennel sera observé par les autorités locales, civiles et militaires, à leur tête le wali, au cimetière des Chouhada, à l’entrée de la localité de Hennaya. Notons au passage que 13 millions de dinars ont été débloqués dernièrement par la wilaya pour l’aménagement du carré des martyrs et la réhabilitation des tombes de ce site funéraire symbolique, selon la chef de la daïra de Hennaya. La délégation se rendra par la suite à Mansourah où il sera procédé à l’inauguration officielle du centre culturel communal qui portera le nom du moudjahid Benyelles Mustapha. Toujours au niveau de cette commune, le premier responsable de la wilaya présidera une cérémonie de baptisation de la cité Nahda au nom du Chahid Guenaoui Abdelkader. A titre d’hommage, la délégation se rendra au chevet d’anciens moudjahidine grabataires ainsi que de veuves de martyrs de la guerre de la Révolution. Il faut souligner dans ce contexte que l’offensive du nord-constantinois avait permis, non seulement, de revivifier la lutte et renforcer les rangs des combattants, mais surtout de mettre en échec les tentatives de la France coloniale visant à opérer une rupture entre le FLN et le peuple. Véritable étincelle d’une Révolution lancée quelques mois auparavant, le 1er novembre 1954, l’offensive du 20 août 1955 a constitué un tournant décisif dans le combat du peuple algérien contre l’oppresseur et, par ricochet, une réponse du nord-constantinois aux cris des Aurès encerclés. Quant au Congrès de la Soummam en 1956, il constitue un événement politique majeur dans la consolidation de la guerre de libération nationale et la fondation de l’Etat algérien indépendant. Ce Congrès visait à « mettre de l’ordre dans l’organisation du Front de libération nationale (FLN) et de structurer les institutions de la Révolution.