Les membres du Comité national consultatif de prévention du handicap ont été installés, lundi à Alger, avec pour mission de contribuer à la réduction des causes à l’origine du handicap, notamment à travers la sensibilisation à l’importance de la prévention contre les accidents de la circulation. Présidant la cérémonie d’installation, la ministre de la Solidarité nationale, de la Famille et de la Condition de la femme, Kaouter Krikou a précisé que ce comité était composé de représentants de secteurs, d’organismes nationaux et d’associations activant dans ce domaine, et ce, conformément aux dispositions du décret exécutif N 17-187 fixant les modalités de prévention du handicap. Ce comité est chargé de proposer des mesures de sensibilisation sur la prévention des facteurs générateurs d’handicap, notamment les accidents de la circulation, a-t-elle ajouté, relevant qu’il a pour principal objectif de contribuer à leur réduction à travers un programme sectoriel de prévention élaboré en coordination avec les acteurs au niveau local, et ce au titre de la stratégie nationale relative à la prise en charge et à l’accompagnement des personnes handicapées. Ce programme prévoit notamment «l’organisation de portes ouvertes sur la sensibilisation aux risques des accidents de la circulation, en contribuant à la diffusion de la culture de la sécurité routière», et «la réalisation d’enquêtes sur les handicaps causés par les accidents de la circulation» qui seront menées par les cellules de proximité relevant de la l’Agence de développement social (ADS) sous tutelle du secteur de la Solidarité nationale, a-t-elle précisé. Il sera également question, poursuit la ministre, de «l’organisation de sessions de formation sur les premiers secours en cas d’accidents de la circulation, en coordination avec les services concernés, à l’instar de la santé et de la protection civile». Insistant sur le rôle de la société civile qualifiée de «membre efficace» de ce comité, Mme Krikou a mis en exergue l’importance d’une «coordination permanente» avec les associations du domaine pour l’organisation de campagnes de sensibilisation à l’importance de l’accompagnement et de la prévention routière. La première responsable du secteur de la Solidarité nationale a rappelé, à cet égard, «l’intérêt particulier» accordé par l’Etat à la prise en charge des personnes aux besoins spécifiques pour faciliter leur intégration dans divers domaines. Elle a cité, en outre, les programmes sociaux et de soins adoptés essentiellement dans le cadre des dispositions de la loi relative à la protection et à la promotion des personnes handicapées. La rencontre a été ponctuée par une exposition consacrée à la présentation des services fournis et des dispositions prises par certaines instances et départements concernés par la prise en charge et l’accompagnement des handicapés, à l’instar de la Caisse nationale des assurances sociales des travailleurs salariés (CNAS), l’Office national d’appareillage et accessoires pour personnes handicapées (ONAAPH) et l’Agence de développement social (ADS). Un espace a également été réservé à la vulgarisation des orientations, conseils et campagnes de sensibilisation à la sécurité routière organisée par la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) dans le but de réduire les accidents de la route.
(APS)