La numérisation des registres de commerce classiques se poursuit à Oran et les commerçants ont jusqu’au 11 avril 2019 pour procéder à la modification de leurs registres du commerce. Depuis le début de l’opération, ce sont 37 439 registres qui ont étés numérisés dans la capitale de l’Ouest pour un nombre total de commerçants de 97 526 soit un taux de 39%.

Notons que le 11 avril dernier, en vertu du décret exécutif paru dans le Journal Officiel, il a été fixé le modèle de l’extrait du registre du commerce délivré sous format électronique, et aux termes des dispositions dudit décret il est inséré sur les extraits du registre du commerce des commerçants, personnes physiques ou morales, un code électronique, dénommé registre du commerce électronique (RCE). Le registre du commerce électronique comporte un symbole graphique comportant des données et des informations cryptées se rapportant au commerçant, la lecture du code électronique RCE est effectuée par tout périphérique doté d’un dispositif de capture d’images, au moyen d’une application téléchargeable gratuitement sur le portail électronique du Centre national du registre du commerce (CNRC). A cet effet, ce dernier a invité l’ensemble des commerçants ne détenant pas l’extrait du registre du commerce, doté du code électronique RCE, de se rapprocher auprès des services du CNRC, au niveau des 48 wilayas, afin de procéder à la modification de leurs extraits de registre du commerce pour l’’obtention du code électronique « RCE ».
Il est à signaler que les extraits du registre du commerce non revêtus du code électronique demeurent valides durant une période d’une année, à compter de la publication du décret au Journal Officiel. Notons que la numérisation des registres de commerce est un nouveau pas dans la modernisation des procédures administratives en Algérie. Une opération qui facilitera l’accès à l’information en temps réel et mettra fin aux chaînes interminables à la Direction du CNRC. C’est également un nouveau pas dans l’amélioration du climat des affaires, la numérisation du registre du commerce permettant de réduire les problèmes bureaucratiques pour les usagers. Elle permet aussi aux juristes du CNRC de vérifier l’existence d’une société ou d’un nom commercial.
En clair, le document électronique amplifiera les capacités immatérielles, issues de la technologie de numérisation, pour faciliter leur utilisation dans la lutte massive contre la fraude. L’objectif de ce projet est surtout de maîtriser les statistiques, avoir une banque nationale de données qui pourra être consultée à n’importe quel moment et surtout de sécuriser les informations.