Ils étaient plus de 80 intervenants, venus des quatre continents, à avoir pris part à la 9e conférence de l’Entente internationale des travailleurs contre la guerre et l’exploitation. 

 

La conférence ouverte ne s’est pas encombrée des débats, mais s’est concentrée, a dit Louisa Hanoune, secrétaire générale du PT, sur les causes qui constituent le dénominateur commun de tous les participants. Elle a révélé que tous les participants se sont exprimés, notamment, sur la cause palestinienne et se sont élevés contre la décision du président américain de reconnaître El Qods comme capitale de l’entité sioniste. «Une délégation internationale issue de la conférence sera chargée de maintenir ouvert le débat sur cette problématique et initiera des actions et des motions de soutien à cette cause», a indiqué Mme Hanoune, précisant que la Conférence ne peut en aucun cas apporter exclusivement son soutien à aucune cause, mais «incite les concernés à mener leur propre combat localement».
Tout en rappelant que des syndicats autonomes ont pris part à la 9e Conférence, elle a souligné qu’une motion de soutien à l’activité et à la liberté syndicales en Algérie a été ratifiée par des participants à l’initiative des syndicats autonomes participants. «Notre devise est la solidarité internationale avec les peuples en lutte», a souligné, par ailleurs, la patronne du PT. Avant de saluer «la forte participation africaine et les efforts fournis par les autorités algériennes pour assurer le bon fonctionnement de la Conférence». «Je salue la disponibilité du ministère algérien des Affaires étrangères qui a facilité la tâche à plusieurs participants venus de pays étrangers», a-t-elle dit. Avant d’appeler au renforcement et à la consolidation de la solidarité internationale autour des luttes des travailleurs et des peuples opprimés. Concernant la réaction algérienne, Mme Hanoune a estimé que la condamnation officielle de la décision de Trump doit être conjuguée avec le soutien populaire à cette cause, en procédant à la levée des interdictions des marches à Alger. Plusieurs autres participants, notamment brésiliens, français et palestiniens, se sont exprimés lors de la même conférence pour appeler «au maintien du combat de la résistance» contre «la barbarie capitaliste».