Le Medjoubi d’or de la deuxième édition des Journées nationales Azzeddine-Medjoubi du théâtre de Azzaba (Skikda) a été décerné, lundi soir, à la présentation Djiaâ (affamés) de l’association Aurès de Batna.

Ecrite par Ahmed Saoudi et mise en scène par Toufik Bekhouche, cette représentation raconte la vie de quatre personnes qui vivent un enfermement intérieur et se battent pour s’en sortir, et cela dans un décor nu symbolisant un centre de détention. L’Association du théâtre de Chlef a arraché, elle, la deuxième place, le Medjoubi d’argent, pour la pièce Dhouyouf Essinateur (Les invités du sénateur), d’Abdelhamid Belkhoudja. Le Medjoubi de bronze est, quantà lui, revenu à l’œuvre Alaâb laâbak (Joue ton jeu) de l’association Itifak El Kouloub de M’sila. Hamza Hamoudi de l’association El Belliri de Constantine a, pour sa part, décroché le prix de la meilleure interprétation masculine pour son rôle dans la pièce Tabib (le médecin), alors que la meilleure interprétation féminine a été décernée à Zoulikha Belhadj de la même association. Le prix d’encouragement au nom du regretté réalisateur de théâtre, Ahmed Boutata de Skikda, a été attribué à la pièce Noune de l’association Al Hawa Etalk de Boumerdès. Le prix de la meilleure musique a été attribué par le jury à Wahid Achour de l’association El Belliri, et la meilleure scénographie pour l’association Ibdaâ pour sa pièce Li Qesentina oua Ahcene et Kalimat moutakatia (Mots croisés). L’artiste et homme de théâtre, Antar Hellal, a indiqué, en marge de la clôture de cette manifestation, que le jury qui se compose de scénaristes comme Hamida Aït El Hadj d’Alger, Lotfi Bensebaâ de Batna et lui-même, s’est appuyé dans son évaluation sur la mise en scène, la scénographie, l’originalité du texte et les effets sonores. Ces journées ont également vu la présentation du one man show Hafila tassir 2 de l’Association des artistes libres de Azzaba, écrite par Merouane Mansouri et interprétée par le président de l’association, qui a narré la majorité des œuvres d’Azzeddine Medjoubi, notamment celles s’inscrivant dans le registre de la comédie noire, à l’image d’El Aïta, Chouhada Yaâoudouna Had El Ousboue et Galou Laârab galou. Par ailleurs, un accord de coopération entre l’Association des anciens du théâtre de Kairouan (Tunisie) et l’Association des artistes libres de la ville de Azzaba, organisatrice de cette manifestation, a été signé lors de la clôture. Cet accord mettra l’accent sur l’échange des expériences entre les deux associations et la coopération conjointe pour animer des festivals. Selon Tarek Naceri, président de l’association, ces journées organisées sous le thème «Mazalet El hafila tassir», à la Maison de jeunes de la ville de Azzaba, sont un gage de reconnaissance et d’affection à ce «monument du théâtre », happé par des mains assassines et lâches à proximité du Théâtre national algérien (TNA). Les comédiens Bahia Rachedi, Mohamed Hazim et Fatiha Soltane ont été honorés lors de l’ouverture de ces journées, inaugurées par une pièce théâtrale hors compétition, Rahine El Assouar de la troupe des anciens du théâtre de Kairouan (Tunisie).