Grâce au renforcement des livraisons gazières que lui assure l’Algérie, l’Italie peut compter sur des stockages à même de lui garantir un automne sans problème. C’est ce qu’a affirmé le PDG d’ENI, Claudio Descalzi, mettant en avant la hausse des flux algériens à travers le gazoduc Transmed.

Par Feriel Nourine
«Il y aura du gaz à l’automne, ce qui peut nous rassurer, c’est que le stockage se développe, les flux algériens ont atteint des débits de 83, 84, 85 millions de mètres cubes par jour, donc l’Algérie nous aide. Et c’est pourquoi nous avons pu remplir les stocks», a déclaré M. Descalzi, en marge de l’événement«Technologie et innovation pour une transition énergétique» organisé en Italie.
Le patron du groupe énergétique italien a également évoqué l’apport de la Norvège, mais l’Algérie contribue de manière beaucoup plus soutenu à la sécurité gazière de l’Italie en cette période où les pays européens poursuivent leur quête d’une alternative au gaz russe.
Ceci d’autant que sa position de premier fournisseur de ce pays a été consolidée à la faveur de l’accord signé entre Sonatrach et ENI pour un supplément de 9 milliards de mètres cubes par an.
M. Descalzi s’est exprimé de la sorte quelques jours après que la compagnie qu’il dirige a tenu à rassurer sur le bon déroulement des suppléments de gaz livrés par Sonatrach à ENI, et ce comme convenu par ces deux partenaires historiques, lors de la signature de l’accord qui avait eu lieu en juillet dernier, pendant la visite en Algérie du Premier ministre italien, Mario Draghi. Mieux, les niveaux de flux en provenance d’Algérie au cours du mois de septembre «n’ont jamais été enregistrés ces dernières années», avait précisé ENI, avant que son premier responsable ne revienne à la charge pour livrer des chiffres sur ces flux, confirmant ainsi ceux annoncés mercredi dernier par le ministère de l’Energie et des Mines et par le PDG de Sonatrach, Toufik Hekkar.
Sonatrach compte augmenter ses livraisons pour l’Italie à plus de 25 milliards de m3, d’ici la fin de l’année, a indiqué le ministère dans un communiqué.
Avec 17,8 milliards de m3 de gaz livrés à ce jour, l’Algérie «honore ses engagements avec l’Italie», a souligné la même source, ajoutant qu’à travers cette tendance haussière, Alger consolide aussi sa position de premier fournisseur en gaz pour le marché italien, qui «va encore recevoir 10 milliards de mètres cubes de gaz supplémentaires dans les prochains mois», a-t-elle encore rassuré.
Abondant dans le même sens, le premier responsable de Sonatrach a, lui aussi, fait part de livraisons supplémentaires pour l’Italie. «Les perspectives d’approvisionnement du marché italien mais aussi des marchés connectés à l’Italie sont prometteuses», a déclaré M. Hekkar à l’agence Bloomberg, ajoutant que des volumes supplémentaires devraient être contractés «au cours des prochaines semaines».
Dans le cadre de contrats à long terme, les volumes de gaz pompés pour l’Italie seront d’environ 21,6 milliards de mètres cubes cette année, tandis que les volumes vendus dans le cadre de transactions au comptant devraient totaliser 3,6 milliards de mètres cubes, a clarifié le même responsable.
«Sonatrach rassure ses clients italiens sur sa capacité à fournir les volumes contractuels sur toute la durée du contrat», a-t-il insisté.
Rappel, le contrat de vente de gaz entre les deux pays a été renouvelé en mai 2019 pour une durée de huit ans jusqu’en 2027, en plus de deux années optionnelles supplémentaires. <