En cette conjoncture sanitaire vécue par le pays, à l’instar des autres nations du monde à cause de la pandémie du Covid-19, les services de police semblent désormais décidés à nettoyer certains lieux écumés par des bandes de criminels et repris de justice, semant l’inquiétude et la peur chez les citoyens. L’atteinte à l’ordre public et à la quiétude des citoyens, semble être le leitmotiv des éléments de la police judiciaire de la Sûreté de wilaya en cette période de confinement marquée par la nécessité du respect des consignes dictées par la conjoncture et pour lesquelles des bandes criminelles affichent une totale indifférence. Dans ce sillage, un groupe criminels composé de 9 membres tous des repris de justice, âgés de 20 à 30 ans et impliqués dans plusieurs rixes avec utilisation d’armes blanches prohibées, activait au niveau des cités Benboulaid 2 communément appelé « Chichane » et Saada, a été neutralisé dans une souricière mise en place par les policiers enquêteurs. Ces derniers ont alors saisi un lot d’armes blanches (couteaux divers, sabres Samourai, poignards…) et une quantité de kif traité et de psychotropes. La poursuite des investigations avec l’utilisation du système de reconnaissance des empreintes (Afis) a permis de confirmer l’implication des membres du groupe criminel dans une affaire de vol d’un domicile, traitée auparavant par la 3e Sûreté urbaine du chef-lieu de wilaya. Les mis en cause ont été déférés le 20 avril 2020 devant le Parquet pour « rixe, détention et utilisation d’armes blanches prohibées, détention de drogue et psychotropes » et écroués. K. M.