44 carrefours seront prochainement équipés en feux de signalisation intelligents à Alger, dans le cadre de la concrétisation du projet de régulation du trafic routier et de l’éclairage public confié à la société mixte Algéro-espagnole « Mobilité, éclairage d’Alger » MOBEAL. Entre les deux parties, l’Entreprise de gestion de la circulation et du transport urbain (EGCTU) et l’Etablissement de réalisation et de maintenance de léclairage public dAlger (ERMA) côté algérien, et les sociétés Indra et Sice côté espagnol, il n’y a pas de contentieux, affirme le wali d’Alger qui reçoit aujourd’hui les représentants des sociétés espagnoles.
En marge d’une visite d’inspection de plusieurs projets de travaux publics et de routes, le wali d’Alger, Youcef Cherfa, a annoncé, hier que l’équipement en feux de signalisation intervient dans le cadre de la première phase du projet de régulation du trafic routier et de l’éclairage public et ce après l’achèvement de la phase pilote, qui a concerné 22 autres carrefours dont la mise en service est prévue très prochainement pour décongestionner le trafic routier.
La partie algérienne n’a pas annulé le contrat conclu en juillet 2016 avec la société espagnole chargée de la mise en place d’un système de régulation du trafic routier et de l’éclairage public au niveau de la capitale, a-t-il déclaré en guise de démenti à une rumeur selon laquelle il y a eu conflit avec le partenaire espagnol. « Le contrat de réalisation de ce projet vital est toujours en vigueur », a-t-il affirmé. Le wali rencontrera, aujourd’hui lundi, les représentants des sociétés espagnoles pour examiner les entraves et relancer le projet, dont la première tranche concerne 200 carrefours sur un total de 500. Après avoir inspecté le projet de la route reliant la rocade sud (hauteur de oued Mazafran) à Tessala El Merdja en direction de Zeralda, dont le taux de réalisation a atteint 65%, M. Cherfa a fait état de l’opérationnalisation prochaine, en coordination avec le ministère des Travaux publics, du décret exécutif portant règlement du dossier d’indemnisation des agriculteurs expropriés dans le cadre de l’exécution de ce projet structurant d’utilité publique. Cette procédure vise à accélérer la cadence d’exécution de ce projet pour sa mise en service au profit des usagers la route axiale reliant 3 wilayas (Tipasa, Alger et Blida), a ajouté le wali soulignant que le projet compte 6 grands échangeurs et 6 grands ouvrages d’art. Au niveau du projet du viaduc de Oued Ouchayah dans son tronçon Baraki-Blida (deuxième rocade), dont le taux d’avancement des travaux est de 96%, le wali d’Alger a donné des instructions pour le respect des délais de réalisation, soulignant l’impératif de sa réception fin mars 2020. Ce grand projet, réalisé par l’Entreprise nationale des grands ouvrages d’art (ENGOA), permettra de relier, via une voie rapide, entre Alger-centre et l’autoroute est-ouest, notamment pour les poids lourds. Par ailleurs, il a fait savoir que dans le cadre de la mise en œuvre d’un plan d’urgence pour l’amélioration des conditions de la circulation et de la fluidité routières à Alger, le renforcement du réseau routier et l’accélération de la cadence de réalisation des axes routiers et des ouvrages d’art, les services de la wilaya lanceront une campagne de lutte contre le commerce illicite sur les abords de la route, qui entrave et gène la circulation routière.

Béchar : Les chauffeurs de camions poids lourds en colère
Des dizaines de chauffeurs de camion poids lourds ont fermé, dimanche matin, la RN6 reliant Bechar à Tindouf et Adrar, au niveau de l’entrée sud de la capitale de la Saoura, pour protester contre le refus des autorités locales de leur octroyer des autorisations d’extraction de sable fin et du tout-venant. En effet, ces citoyens nous ont déclaré que les principaux chantiers de rénovation des réseaux d’assainissement et d’AEP de la ville de Bechar utilisent actuellement du sable fin que les responsables locaux leur interdisent. Selon ces chauffeurs de camion, l’utilisation du sable fin et du tout-venant dans les projets de réalisation des réseaux d’assainissement et d’AEP est indiqué dans les cahiers des charges. Ils ont fermé la RN6 pendant plusieurs heures pour demander la présence du wali. « Nous n’avons pas d’autres ressources et nous sommes pénalisés par les P-V et autres sanctions administratives. Nous revendiquons des mesures concrètes de la part de l’administration locale », ont ajouté ces chauffeurs. Ces citoyens, dont la plupart sont jeunes, ont exprimé leur colère à l’encontre des responsables concernés, qui ferment les yeux sur l’utilisation du sable fin par des entreprises, d’une part, et interdisent l’extraction de ce matériau, d’autre part.n