Cinq jours après, le ministère de la Santé n’a toujours pas réagi à la journée de protestation organisée par l’Intersyndicale de la santé, regroupant le Syndicat national des praticiens de la santé publique (SNPSP), le Syndicat national des enseignants chercheurs hospitalo-universitaires (Snechu), mercredi dernier.
Un sit-in pourtant largement suivi par les professionnels de la santé au niveau des hôpitaux et des structures de santé dans plusieurs wilayas, pour réclamer l’application des mesures d’encouragement concernant le dossier Covid, annoncées par le Président de la République, en dénonçant notamment le retard de neuf mois dans le paiement de la prime Covid.
Dr Lyes Merabet, président du SNPSP, a ainsi affirmé, hier, que «jusqu’à maintenant, nous attendons les échos de la réaction de la tutelle par rapport à nos revendications portées par la journée de protestations. Jusqu’à présent, concrètement, nous n’avons pas été informés des mesures pour trouver des solutions à cette situation qui perdure». Il ajoute : «On s’est donné un peu de temps pour laisser place à la réaction de la tutelle, mais, d’ici la fin de la semaine, il y aura une réunion de l’Intersyndicale pour évaluer la situation et prendre les décisions concernant les actions qui s’imposent.»
De son côté, le vice-président du Snechu, Kamel Hail, confirme le mutisme du ministère de la Santé sur les revendications du dossier Covid, en soulignant que «si d’ici la fin de la semaine, il n’y a aucune réaction du ministère de la Santé, nous allons nous réunir et probablement envisager d’autres actions et peut-être même aller vers des journées, non pas de protestation, mais de grève cette fois. Certes la décision finale n’a pas encore été prise, mais je pense que cela va aller dans ce sens».
Selon le professeur Kamel Hail, les revendications syndicales concernant l’application des mesures d’encouragement au profit des professionnels de la santé dans le cadre de la lutte contre la pandémie, annoncées publiquement par le Président de la République, ont d’autant plus de résonnance, aujourd’hui, avec le constat sur le terrain de l’augmentation de plus en plus de cas de contaminations à la Covid, en confiant qu’«actuellement, il y a tous les prémices de l’arrivée d’une 4e vague et il faudrait que la tutelle se prononce».
Pour rappel, mercredi dernier, le SNPSP, le Snechu et le SAP ont organisé une journée de protestation afin de lancer un appel aux autorités concernées pour concrétiser les mesures annoncées par le Président de la République ; il s’agit notamment du versement des 5e et 6e tranches, le versement des indemnités que devaient percevoir les familles des professionnels de la santé décédés des suites de la contamination à la Covid, la couverture à 100% du personnel de la santé, la bonification des cotisations à la retraite, ainsi que la reconnaissance de la maladie covid comme maladie professionnelle pour les travailleurs du corps médical.