L’Office national de la culture et de l’information (ONCI) distribuera des « films universels» qu’il devrait, à l’avenir, projeter en Algérie simultanément à leur sortie en salles en Europe, c’est ce qu’a annoncé le directeur général de l’office , Lakhdar Bentorki. En effet, participant mercredi soir, à une conférence de presse avec le secrétaire général de l’Instance arabe du théâtre et le wali d’Oran, à la veille de la clôture du 9e Festival du théâtre arabe, Lakhdar Bentorki a fait savoir que l’ONCI avait signé plusieurs conventions avec des sociétés européennes de distribution cinématographique, l’objectif étant de permettre au public algérien de découvrir des films en avant-première au moment de leur sortie en Europe. Cette opération s’ajoute au travail qu’effectue déjà l’Etablissement Arts et Culture de la wilaya d’Alger qui propose, depuis la fin 2015, des projections à la salle Ibn Khaldoun de films récents, le plus souvent presque en simultané avec leurs sorties mondiales. Des projections rendues possibles grâce à des partenariats avec des distributeurs tels que Cirta Films, Acces V Prod ou l’AARC pour les films algériens ainsi que le distributeur MD Ciné pour les films étrangers. Ce que compte mettre en place aujourd’hui l’ONCI, même si aucun calendrier précis n’a pour le moment été communiqué, devrait couvrir une plus large partie du territoire national. Le directeur de l’ONCI a précisé que cette opération sera progressivement élargie à d’autres wilayas, et ce, en parallèle de la réouverture de salles de cinéma pour la projection de productions cinématographiques algériens et universels. Plusieurs wilayas pilotes ont été sélectionnées pour le lancement des projections des films, notamment Alger, Oran, Constantine, Tipasa et Boumerdès. Mais la distribution des films reste limitée par le nombre de salles de cinéma en activité à travers le territoire national. A ce propos, le ministre de la Culture a fait récemment état de la restauration de près de 80 salles sur les quelque 400 que compte le pays. Lakhdar Bentorki, qui annonçait mercredi que la structure qu’il dirige mettrait en place un nouveau programme culturel pour cette année 2017, a en ce sens déploré le fait que plusieurs salles sont encore fermées, mais aussi que des communes refusent de les transférer à des établissements du secteur de la culture privé et public.
Rédaction culturelle