Le président américain Donald Trump a estimé mardi que le fait que l’ex-magnat d’Hollywood Harvey Weinstein ait été reconnu coupable d’agression sexuelle constituait un «message très fort». «Je pense que du point de vue des femmes (…) c’est une grande victoire, cela envoie un message très fort», a déclaré M. Trump lors d’une conférence de presse à New Delhi. Il a souligné qu’il n’était pas un grand «fan» de M. Weinstein, insistant sur la proximité de ce dernier avec les démocrates. «Michelle Obama l’adorait, Hillary Clinton l’adorait», a-t-il martelé. L’influent producteur de cinéma indépendant été reconnu coupable lundi par un tribunal new-yorkais d’agressions sexuelles et de viols mais a évité une condamnation pour les accusations les plus graves, un verdict applaudi par le mouvement îMeToo et plusieurs de ses accusatrices. Âgé de 67 ans, M. Weinstein a été immédiatement écroué à la prison tristement célèbre de Rikers Island en attendant de connaître sa peine, le 11 mars. Il risque jusqu’à 29 ans de prison. Les jurés devaient se déterminer sur le témoignage de trois femmes, parmi les plus de 80 qui ont accusé Harvey Weinstein de harcèlement ou d’agression sexuelle. Au final, ils l’ont jugé coupable uniquement des deux chefs les moins graves, l’agression sexuelle de l’ancienne assistante de production Mimi Haleyi, en 2006, et le viol de l’aspirante actrice Jessica Mann, en 2013. En revanche, ils ont disculpé le producteur d’un chef de viol plus grave lié à Jessica Mann, et surtout de la circonstance aggravante de comportement «prédateur». Il s’agit de la première reconnaissance de culpabilité dans une affaire post-MeToo. La condamnation, en avril 2018, de l’acteur Bill Cosby résultait de poursuites entamées en 2015, avant que le mouvement anti-agressions sexuelles ne commence en octobre 2017.

Placido Domingo demande pardon aux victimes
Le ténor espagnol Placido Domingo, accusé aux Etats-Unis de harcèlement sexuel par une vingtaine de femmes, leur a demandé pardon en se disant «sincèrement désolé pour la souffrance causée», dans un communiqué publié mardi. «Je veux qu’elles sachent que je suis sincèrement désolé pour la souffrance que je leur ai causée. J’accepte toute la responsabilité de mes actes», a indiqué le chanteur lyrique de 79 ans qui avait jusqu’ici toujours fermement nié ces accusations. Dans une enquête publiée en août par l’agence Associated Press, neuf femmes ont affirmé avoir été harcelées par le chanteur à partir de la fin des années 1980. Associated Press a publié en septembre une seconde enquête affirmant que onze autres femmes, se disant elles aussi victimes, s’étaient manifestées.
Dans son communiqué, relayé en Espagne par l’agence Europa Press, Placido Domingo assure «avoir pris le temps ces derniers mois de réfléchir aux accusations» et indique «comprendre maintenant que certaines femmes aient pu avoir peur de d’exprimer honnêtement en raison de la crainte d’un impact sur leur carrière». Cette demande de pardon de Placido Domingo intervient au lendemain de la décision d’un jury de Manhattan de déclarer le producteur de cinéma Harvey Weinstein coupable d’agression sexuelle et de viol, un verdict applaudi par le mouvement îMeToo.
Après ces accusations de harcèlement sexuel, Placido Domingo avait quitté en octobre la direction de l’opéra de Los Angeles, qu’il occupait depuis 2003. Il a aussi renoncé à se produire au Metropolitan Opera de New York tandis que d’autres opéras américains ont annulé ses représentations. Il a en revanche continué à se produire en Europe.