L’ambitieux programme d’exportation de Lafarge Algérie, filiale du Groupe suisse Holcim, avance à un rythme appréciable. Preuve en est que la filiale vient de franchir pour la première fois la barre des deux millions de tonnes de ciment exportées en une seule année d’exercice.

Par Bouzid Chalabi
En effet, selon un communiqué de Lafarge Algérie, parvenu hier mardi à notre Rédaction, le volume exporté l’année précédente s’est élevé à 1,2 million de tonnes, et à comparer avec les expéditions de 2021, l’évolution s’établit à hauteur de 100%. « Un taux qui pourrait être dépassé compte tenu d’autres expéditions prévues d’ici la fin de l’année pour atteindre les 2,5 millions de tonnes », est-il mentionné. Il est indiqué par ailleurs que la filiale vise les 2,6 millions de tonnes en 2022. Des volumes qui pourraient être plus importants «n’étaient les contraintes logistiques que rencontrent les opérateurs dans la chaîne de l’export et qu’ils n’arrivent pas à surmonter », est-il rapporté. En outre, il est indiqué qu’une fois la logistique devenue à des niveaux industriels et son automatisation complète dans l’opération des chargements des navires, une condition indispensable, permettra à l’Algérie de s’imposer sur le marché international du ciment et du clinker. En clair de pouvoir exporter 10 millions de tonnes par an avec à la clé une recette de 400 millions USD/an. Sur ce volet, on apprend que Lafarge Algérie, avec l’appui du groupe, a initié localement plusieurs projets d’investissement à la hauteur de ses ambitions tels qu’une plateforme logistique dédiée à l’exportation de clinker, premier hall de stockage inauguré en juin 2020, et une extension sera opérationnelle avant la fin de l’année en cours, l’acquisition d’un Shiploader, avec une capacité de chargement de 18 000 tonnes/jour. « Pour Holcim, l’Algérie constitue un important pôle de production et d’exportation dans le bassin méditerranéen. Lafarge Algérie continue de renforcer ses capacités vers l’exportation, à partir de plusieurs ports algériens, Oran, Mostaganem, Jijel, Skikda et Annaba, et vers des marchés extrêmement compétitifs, africains, méditerranéens, européens et américains. Lafarge Algérie demeure engagé en faveur de l’initiative et de la forte volonté du Gouvernement à contribuer au développement économique et social du pays et à la diversification des revenus extérieurs hors hydrocarbures ». Cette même source rappelle, enfin, que Lafarge Algérie a commencé à exporter du ciment vers l’Afrique de l’Ouest en 2017. A propos de la barre symbolique de deux millions de tonnes d’exportations, « elle a été atteinte grâce à la mobilisation interne de toutes les équipes en central en dans les usines à M’SIla, Oggaz et Cilas, et aussi au soutien des pouvoirs publics, ports, service des douanes, Police aux frontières… etc. » précise Nicolas George, CEO Lafarge Algérie. n