Un incinérateur de déchets industriels sera mis en service  «à partir de 2020» par la Société des ciments de Hamma Bouziane (SCHB) de Constantine, relevant du Groupe industriel des ciments d’Algérie (GICA) pour «résoudre l’équation développement économique et protection de l’environnement», a indiqué jeudi, le  P-dg du SCHB, Mustapha Kebbous.

«Ce projet qui sera concrétisé avec la direction locale de l’environnement permettra de trouver un terrain d’entente entre le souci de développer davantage la chaîne de production du ciment et la préoccupation de l’heure relative à la protection de l’environnement», a souligné M. Kebbous en marge d’une journée technique sur «les ciments en Algérie: enjeux et perspectives», organisée à la cimenterie de Hamma Bouziane, à la sortie Nord-Est de Constantine.
Outre l’avantage de réduire le coût de l’énergie qui constitue la plus grande dépense du groupe bien avant les frais de maintenance et d’entretien, ce futur incinérateur permettra de préserver l’environnement à travers l’élimination des résidus et autres déchets nuisibles à l’environnement et à la santé publique, a t-il expliqué.
Une fois opérationnel, l’incinérateur des déchets industriels devra ouvrir une centaine de postes de travail et des plans de charge pour les micro-entreprises versées dans la collecte et le tri des déchets, a fait savoir M. Kebbous, tout en rappelant l’engagement de GICA à participer activement à l’essor économique du pays à travers la multiplication et la diversification de la production. A ce titre, le même responsable a indiqué que le nouveau produit de la SCHB, le ciment Portland CEM I 52,5 N qui constitue «la solution idoine pour les grands travaux nécessitant une haute résistance, «a donné satisfaction aux opérateurs nationaux et étrangers chargés de la réalisation de grands ouvrages à travers le pays.»
Au cours de cette journée technique à laquelle ont pris part entre autres, des universitaires et des représentants de l’ordre des architectes, le syndicat des ingénieurs en génie civil, l’Agence nationale des autoroutes (ANA) et l’Office de promotion et de gestion immobilière (OPGI) a été l’occasion de débattre plusieurs thèmes en rapport notamment avec les ciments verts (non polluants), comme une solution pour un cadre bâti durable. Comprenant également des aspects en rapport avec le marketing et le management, la journée technique a été l’occasion de débattre l’impact de la recherche scientifique sur les ciments GICA, en présentant l’étude faite par le laboratoire matériaux et durabilité des constructions de l’université Constantine1 sur les cas de valorisation des déchets (fibres végétale bouteilles en verre, granulats de caoutchouc entre autres) dans le béton auto-plaçant et le béton ordinaire. Une visite aux unités de la société des ciments de Hamma Bouzine a été organisée au profit des participants, au terme de cette journée technique.n