Le ministre de l’Industrie, Ahmed Zeghdar a annoncé, samedi, la prise en charge de toutes les difficultés entravant les exportations du Groupe industriel des ciments d’Algérie (GIGA) qui devront dépasser les 1 Mds Usd en 2022, indique un communiqué du ministère repris par l’APS. Le ministre s’exprimait lors d’une réunion avec le président directeur-général (P-DG) du Groupe GICA et les responsables de ses filiales, notamment les grandes usines à forte capacité de production, avec lesquels il a examiné la situation du Groupe et ses perspectives ainsi que les problèmes se dressant devant la réalisation de ses objectifs. La rencontre a été également l’occasion pour présenter la position du Groupe GICA sur le marché national en termes de possibilités de production et sa part de marché qui dépasse 50%. La production du Groupe GICA a dépassé 11 millions tonnes en 2020, un chiffre appelé à augmenter pour atteindre près de 17 millions tonnes en 2021, plaçant ainsi le groupe en position de «leader» sur le marché de l’industrie du ciment en Algérie, selon les chiffres avancés lors de cette réunion. S’agissant des possibilités d’exportation du Groupe, le total des exportations a atteint, en 2020, près de 600 millions USD, un chiffre devant atteindre 1 Mds Usd à l’horizon 2022. Employant 12.000 salariés, le Groupe Gica a réussi à la faveur des investissements réalisés ces dernières années à s’ériger parmi les meilleures entreprises industrielles en Algérie, lit-on dans le communiqué. Il a été procédé également à la présentation d’une analyse financière des principaux indicateurs économiques du Groupe en mettant en lumière les forces et les faiblesses. Une étude réalisée par la Société d’études économiques, d’analyse financière et de l’évaluation prospective (ECOFIE), chargée de l’élaboration des rapports financiers et des statistiques sur le secteur public marchand. Lors de la rencontre, le ministre a exhorté les responsables de Gica à redoubler d’efforts pour un meilleur positionnement sur les marchés extérieurs constituant désormais «un impératif», vu la saturation du marché en ciment d’une part et le gel de certains projets sectoriels en raison de la conjoncture financière et sanitaire d’autre part. M. Zeghdar a assuré, dans ce sens, la prise en charge de toutes les préoccupations soulevées par les responsables du groupe pour faciliter l’exportation, notamment les problèmes logistiques liés au transport maritime et terrestre. D’autre part, le ministre a souligné l’importance d’adopter les nouvelles techniques de marketing pour obtenir davantage de parts sur les marchés, intérieur et extérieur, et de diversifier les produits concurrentiels dans le secteur, préconisant d’adopter une vision prospective et de solliciter l’expertise, y compris parmi les membres de notre communauté nationale établie à l’étranger pour réaliser les objectifs tracés. M. Zeghdar a également mis en avant l’importance d’une bonne maîtrise du cadre juridique lors de la conclusion d’accords et l’établissement de partenariats avec des étrangers pour protéger les intérêts de la partie algérienne. Au terme de la rencontre, le ministre a donné des instructions pour l’élaboration d’un plan urgent renfermant les mesures à prendre à court terme pour améliorer la performance du groupe. n