Après avoir été un net importateur de ciment pendant plusieurs années, l’Algérie a pu en 2018 satisfaire toute la demande locale et orienter des quantités considérables de son ciment à l’export.

Après le groupe français Lafarge, c’est au tour du Groupe industriel des ciments d’Algérie (Gica) (une entreprise publique) de se lancer dans l’exportation du ciment. En effet, la compagnie a effectué jeudi depuis le port de Djendjen, dans la wilaya de Jijel, ses premières opérations d’exportation de ciment à destination de l’Europe, plus précisément l’Espagne, en présence du secrétaire général du ministère de l’Industrie et des mines et des autorités locales. Cette opération qui s’inscrit dans le cadre d’un contrat signé entre la Société de distribution des matériaux de construction (So dis mac), filiale du groupe Gica, et un trader espagnol, porte sur l’exportation de 200 000 tonnes de ciments non pulvérisés (clinker), a précisé le président-directeur général de la filiale So dis mac, Samir Setti, soulignant que l’opération d’exportation aura lieu sur plusieurs étapes. La première cargaison de cette opération qualifiée «d’historique» pour le groupe Gica englobe 45 000 tonnes de ciment, a indiqué à l’APS le même responsable, tout en mettant l’accent sur l’importance de cette opération, dont la valeur marchande a été évaluée à plus de 1 million d’euros, dans le développement économique du pays. Les quantités exportées seront écoulées sur le marché espagnol. Mettant en avant les mesures de facilitations mises en place par la Direction générale des douanes algériennes pour accompagner la stratégie nationale de développement économique, le directeur régional des Douanes algériennes, Mohamed Dahmani a précisé qu’une brigade spécialisée dans l’exportation a été mise installée au port de Djendjen pour faciliter les opérations de déclarations douanières. Le lancement du Groupe industriel des ciments d’Algérie (Gica) sur les marchés internationaux, avec ses premières opérations d’exportations est « le fruit de la politique nationale d’investissement dans ce créneau », a estimé jeudi à Jijel le secrétaire général (SG) du ministère de l’Industrie et des mines, Kheireddine Medjoubi.
Les avantages offerts aux investisseurs versés dans ce domaine industriel et l’accompagnement assuré par les pouvoirs publics « ont permis le décollage de la production du ciment en Algérie», a souligné le même responsable, rappelant que le pays importait le ciment pour un coût de 500 millions de dollars/an. Saluant la coordination entre les différents secteurs concernés par cette opération (Douanes, Transport et travaux publics entre autres), le SG du ministère de l’Industrie et des Mines qui a indiqué que des efforts étaient en cours pour améliorer la logistique et le réseau management «indispensables » à la réussite de ce genre d’opérations, a précisé que les 200 000 tonnes seront exportées progressivement au titre de cette opération, à raison de plus de  7 000 tonnes par jour. Pour sa part, le directeur général de l’entreprise portuaire de Djendjen, Abdesslem Bouab, a affirmé que le port de Djendjen «a mobilisé tous les moyens nécessaires permettant d’assurer l’opération d’exportation et promouvoir les échanges commerciaux à partir de ce port en installant, entre autres, un couloir vert en collaboration avec les services des Douanes ». En 2017, le Groupe Gica a enregistré une production record de ciment de près de 14 millions de tonnes contre 12.6 millions de tonnes en 2016, a-t-on rappelé.
Avec ses douze cimenteries, le Groupe Gica ambitionne de produire 20 millions de tonnes de ciment à l’horizon 2020, a-t-on encore rappelé.
Avec la réception de ses deux projets de cimenteries à Béchar et Oum El Bouaghi, ainsi que l’extension des capacités de production des cimenteries de Chlef et de Zahana. Notons qu’à l’horizon 2020, l’Algérie sera en capacité d’exporter plus de 20 millions de tonnes de ciment. L’entrée en service de nouvelles cimenteries privées et publiques en 2018 et 2019 va créer un excédent de production qui ne peut être écoulé sur le marché local qui connaît déjà une saturation.