A quelques jours de la rentrée sociale, moment très redouté par la population suite à l’apparition du cholera, le directeur de la santé de la wilaya d’Alger, Mohamed Miraoui, a tenu à rassurer les gens en annonçant que 13 patients sur un total de 14 atteints de choléra ont quitté l’hôpital après que les analyses de l’Institut Pasteur aient confirmé leur totale guérison.

 

Le dernier cas de la capitale, entièrement rétabli aussi, est maintenu au niveau du centre hospitalo-universitaire Mustapha-Pacha dans l’attente des résultats des analyses finales de l’Institut Pasteur, a-t-il indiqué à l’APS. De son côté, le ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière avait annoncé dans un communiqué concernant les cas qui se trouvaient à l’hôpital El-Kettar, qu’ils ont été déclarés sortants après guérison.
Dans ce sillage, même si le nombre des cas confirmés a atteint 72, le département de Hasbellaoui a affirmé que les hospitalisations consécutives à l’apparition du choléra ont chuté de 56% durant les trois derniers jours.Le nombre des patients ayant quitté l’hôpital, «donc considérés comme guéris, est de 120 patients, soit 61% de l’ensemble des hospitalisations», a fait savoir le ministère précisant que l’épidémie «est actuellement circonscrite dans la wilaya de Blida». Néanmoins, il a indiqué que le dispositif de veille sanitaire mis en place par le ministère depuis le début de l’épidémie «demeure en vigueur jusqu’à l’extinction de celle-ci», et les mesures de prévention, notamment l’application des mesures d’hygiène individuelle et collective «doivent rester de rigueur pour rompre la chaîne de transmission de la maladie».
Par ailleurs, et pour mettre un terme à la polémique relative à la potabilité de l’eau du robinet, le ministre des Ressources en eau, Hocine Necib, a affirmé mercredi en marge de sa visite au laboratoire principal de la Société de l’eau et de l’assainissement d’Oran (SEOR), que l’eau du robinet est «très saine et ne présente aucun problème», d’autant qu’elle est «un produit vital soumis à un contrôle rigoureux. L’eau du robinet est très saine et n’a de lien avec aucune épidémie». Pour rappel, le même responsable avait donné instruction d’augmenter le taux de chlore au niveau des stations d’épuration et réservoirs d’eau de 10 à 20% afin de prévenir tout risque de contamination. Le vibrion cholérique ne vit pas dans des eaux chlorées.
Une procédure qui existe et est pratiquée partout dans le monde lorsqu’il y a une polémique sur la potabilité de l’eau ou bien en cas de crise ou de catastrophes naturelles.
S’agissant de la consommation de l’eau minérale, sur laquelle le population s’est ruée ces derniers jours, et face à certains spéculateurs qui ont décidé d’augmenter les prix, quelques producteurs ont décidé de rompre le silence en appelant les gens à réclamer en cas de hausse des prix.
C’est le cas du producteur de l’eau minérale de la marque Youkous, qui a publié un communiqué dans lequel la société a démenti la hausse du prix de son produit suites aux plaintes des consommateurs. Une louable initiative lorsqu’on constate que des revendeurs n’ont pas hésité à proposer le fardeau d’eau minérale à 200 DA et d’autres la bouteille à 60 DA, comme cela a été le cas à Tipaza.n