Après que l’épidémie, dans la wilaya de Blida, eut été contenue, le ministère de la Santé de la Population et de la Réforme hospitalière a annoncé qu’aucun nouveau cas de choléra n’a été confirmé durant les dernières 72 heures, de quoi espérer l’éradication de cette épidémie dans les plus proches délais.

«Le nombre de cas choléra suspects hospitalisés a diminué sensiblement durant les trois derniers jours, avec une moyenne de 6 cas par jour», a indiqué le communiqué du ministère, qui a assuré que les équipes de santé «restent déployées et mobilisées sur le terrain jusqu’à l’identification de la source de contamination».
Le dispositif de veille sanitaire mis en place par le ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière depuis le début del’épidémie «demeure en vigueur jusqu’à l’extinction de celle-ci», indique le communiqué.
Le ministère de la Santé avait rappelé que l’épidémie était circonscrite dans la wilaya de Blida, cependant le document a apporté une précision de taille concernant les deux cas enregistrés à Médéa et Ain Defla, indiquant que ces personnes avaient séjourné à Blida.
Après avoir complètement raté sa communication au début de l’épidémie, la tutelle tente, aujourd’hui, de se rattraper en dévoilant régulièrement des nouvelles des patients atteints du choléra, et cela pour contrecarrer les «fake news», mais aussi rassurer la population. Rappelons que si le nombre de cas confirmés a atteint 74 cas à la fin du mois d’aout, 13 cas sur les 14 enregistrés à Alger se sont complètement rétablis, tandis que le dernier demeure en observation en attendant les résultats des analyses de l’institut Pasteur. Quant au nombre des patients ayant quitté l’hôpital, donc considérés comme guéris, il est de 120, soit 61% de l’ensemble des hospitalisations, a précisé le ministère de la Santé en indiquant que les hospitalisations consécutives à l’apparition du choléra ont chuté de 56% à la fin de la semaine dernière.
Cependant, alors que le foyer de choléra demeure inconnu, les citoyens, de leur côté, restent très vigilants vis-à-vis de la consommation d’eau provenant de sources ou de fruits, tels que la pastèque et le melon. L’eau du robinet, a regagné la confiance des citoyens après les assurances et garanties du ministre des Ressources en eau qui, rappelons-le, a donné instruction d’augmenter le taux de chlore de 20% dans les réservoirs d’eau et stations d’épuration et cela afin d’éviter tout risque de contamination. <