La filière aquacole à Chlef promet des perspectives énormes au vu des capacités importantes dont dispose la région pour en soutenir la promotion, dont un littoral de 129 km, un port commercial à Ténès et trois abris de pêche à Beni Haoua, Sidi Abderrahmane et El Marsa d’une capacité globale de 315 embarcations.
Selon le directeur de la wilaya de la pêche et des ressources halieutiques, Abed Abderrahmane, « le lancement véritable de l’activité aquacole à Chlef a commencé début 2014, dans le cadre du programme national 2014-2020 portant réalisation de 190 projets en la matière au niveau de toutes les wilayas ». « L’aquaculture fait partie des filières-clés sur lesquelles la wilaya compte, afin de répondre à la demande croissante enregistrée sur le poisson», a ajouté ce responsable, signalant une «moyenne de production estimée, ces dernières années, à 4 689 tonnes/an de poisson à Chlef.»
M. Abed a tenu à faire part, à cet effet, du «règlement du problème des bases de vie, nécessitées pour soutenir les projets d’investissement en aquaculture » et ce, grâce à la récupération d’une assiette à Sidi Abderrahmane, qui a été aménagée, selon lui, afin «de recevoir les cages, les aliments de poisson et tous les équipements nécessités pour cette activité».
Il a, par ailleurs, signalé la réception, par ses services, de 12 demandes d’investissement dans ce domaine, ainsi que le parachèvement des procédures concernant des projets implantés au niveau de 11 sites à travers la wilaya, qui compte, outre tirer profit des avantages écologiques de cette activité, en faire une valeur ajoutée pour l’économie locale.
Quatre projets de fermes aquacoles sont attendus à la réception, dans les prochains mois (de avril à mai) sur les côtes de Beni Haoua, Sidi Abderrahmane et El Marsa, a-t-on appris du même responsable.
Il s’agit d’une ferme aquacole à Beni Haoua, prévoyant la production grâce à 24 cages flottantes, de 600 à 1000 tonnes de poissons (de différents types), au moment où les fermes
d’El Marsa et de Sidi Abderrahmane, seront respectivement dotées d’une capacité de production de 900 et  1 000 tonnes. Le quatrième projet en est au stade des procédures.