Située aux fins fonds de la wilaya de Chlef, sur les monts d’El Ouencharis, la commune de Beni Bouaâteb est à près de 90 km au sud-est de Chlef, plus précisément au fond de la vallée d’oued Fodda , au cœur de l’Ouarsenis et limitrophe des wilayas de Tissemsilt au sud et d’Aïn Defla à l’est. Selon les statistiques de la population, la commune compte environ 5 000 habitants. En effet, le premier responsable de l’exécutif de la wilaya, en l’occurrence Fawzi Belhacine, a consacré une journée entière, jeudi dernier, à une visite de travail et d’inspection dans la région. Considérée comme étant la commune la plus déshéritée des 35 que compte la wilaya, la commune de Beni Bouaâteb a souffert le martyre durant la décennie noire dont les terroristes avaient fait un lieu de transit vers les wilayas de Relizane, Tissemsilt et Aïn Defla. Accompagné des autorités locales civiles et militaires ainsi que des élus locaux, le wali a visité en premier l’école primaire Sebouh-Tahar, située dans le douar Beni Djartène, puis la caserne désertée des gardes communaux, qui a fait l’objet d’un possible choix pour une brigade de Gendarmerie nationale, chose qui a été rejetée puisqu’elle sera réalisée dans un autre endroit. Au niveau du chef-lieu de commune, il a été proposé par le wali l’octroi d’une enveloppe de 2 milliards de centimes pour l’aménagement urbain, routes et trottoirs. Il visitera par la suite le CEM Chahid Cerbah-Abdelkader, où il a été proposé l’ouverture d’une demi-pension pour les élèves. Le wali terminera par une rencontre avec les citoyens qui lui ont fait part de leurs doléances, dont le gaz de ville, inscrit depuis 2013 mais qui n’a pu être concrétisé. Les citoyens font usage du gaz butane qui connaît des pénuries. Et enfin, pour parer à la pénurie en matière de gaz butane, le wali a proposé qu’un point de stockage de bonbonnes de gaz butane soit mis en place au niveau de la caserne des gardes communaux, notamment durant cette période hivernale où la consommation s’accroît.