Si la pluie et la neige font le bonheur des fellahs, ce n’est pas le cas pour les habitants exposés aux inondations. En effet, les fortes averses de pluie et de neige sont souvent derrière des routes coupées ou des infrastructures et habitations inondées. La wilaya de Chlef a enregistré, depuis jeudi dernier, une grande pluviométrie atteignant les 60 mm, qui a redonné espoir aux agriculteurs. Cependant, les intempéries qui se sont abattues ces trois derniers jours sur le nord et le sud-ouest du pays ont provoqué des pertes humaines et des dégâts matériels. Comme à chaque fois que des pluies marquées s’abattent sur le pays, plusieurs routes ont été quasiment inondées. Ce qui a causé des embouteillages monstrueux dans les grandes villes touchées et notamment au niveau du chef-lieu de la wilaya. Selon le chargé de communication au niveau de la direction de wilaya de la protection civile, il a été enregistré près de 100 interventions suites aux intempéries. Heureusement, jusqu’à présent on ne déplore aucune perte humaine. Les interventions ont été centrées dans les communes de Chlef, Boukader, Oued Sly, Chlef, Bouzghaïa, Sidi Akkacha, Ténès, Zeboudja, Oued Fodda et Sednjas. Les éléments de la Protection civile sont intervenus pour évacuer trois personnes de la même famille, résidant à Bouzghaïa après avoir été asphyxiés par le monoxyde de carbone, vers l’EPH de Ténès. 

A Sidi Akkacha, deux familles ont été relogées dans un marché couvert après que leurs habitations aient été inondées par les eaux d’Oued Aâllala. Au chef-lieu de la wilaya et plus précisément au lieu-dit Carmella, dans la vallée d’Ech-Chéliff, 16 familles ont été relogées au niveau de l’auberge de jeunesse après que les eaux de l’oued ont menacé leurs habitations précaires. Même les animaux n’ont pas été épargnés par cette vague de froid qui sévit dans le pays. Selon les services de la Protection civile, il a été enregistré la perte de plus de 9 000 poules et des inondations de trois poulaillers respectivement dans les communes de Chlef, Oued Sly et Ouled Ben Abdelkader. Les éléments de la Protection civile sont intervenus surtout pour pomper l’eau qui a pénétré à l’intérieur des habitations et équipements publics et également déboucher les avaloirs sur la voie publique afin d’évacuer les eaux pluviales stagnées. La dégradation des chaussées était visible sur un nombre important de routes nationales, chemins de wilaya et chemins communaux. De plus, les routes de la wilaya de Chlef sont bloquées suite à ces averses et les conducteurs craignent que la situation ne perdure avec les regards d’assainissement bouchés et aux ordures et la terre qui s’amassent de jour en jour, qui rendent difficile la circulation. Signalons enfin que les quantités de pluies attendues sur la wilaya de Chlef et la wilaya limitrophe atteindraient les 70 mm selon un bulletin météorologique spécial valable jusqu’à hier soir.