La Maison de la culture dans le chef-lieu de la wilaya de Chlef a abrité en fin de semaine, l’installation officielle des membres de la Commission locale de supervision des élections législatives de wilaya représentante de la Commission nationale de supervision des élections législatives (CNEL).

La cérémonie d’installation a été supervisée par un membre de la Commission nationale, en l’occurrence Mme Fatni Manar. Ont assisté à cette cérémonie et observé le processus de l’installation, les représentants des partis et formations politiques, des représentants de la société civile et également des représentants des médias locaux. Djafer Lahcène a été désigné à la tête de cette instance de supervision au niveau de la wilaya de Chlef. La commission de wilaya est composée de 10 membres, conformément au corps électoral de la wilaya, dont 5 juges et 5 autres membres des compétences nationales au niveau local. Rappelons que M. Djafer est maître de conférences au niveau de l’université Hassiba-Ben Bouali de Chlef. Dans le même sillage, il a été révélé par la Direction de la réglementation et des affaires générales (DRAG) 36 formulaires de candidature, dont 8 listes libres et le reste des formations politiques. De plus il a été enregistré depuis le début de la révision extraordinaire des listes électorales, 4 764 nouveaux inscrits outre la radiation de plus de 10 000 citoyens. Au niveau de la DRAG, une cellule de wilaya a été créée pour recevoir les dossiers de candidature des formations libres et celles des partis politiques afin de participer aux législatives du 4 mai prochain. Selon la même source, « il a été créé en prévision des prochaines échéances électorales 10 nouveaux centres de vote et 19 nouveaux bureaux de vote. Ce qui porte le nombre total de centres à 342 répartis sur les 35 communes de la wilaya, tandis que le nombre de bureaux de vote a atteint 1 500 ». L’objectif derrière la création de nouveaux centres et bureaux de vote est d’élargir la carte électorale et rapprocher les bureaux des citoyens et du collège électoral, ainsi que de soulager les anciens centres et augmenter le taux de participation en particulier au niveau des régions éloignées et rurales.