Synthèse Kahina Terki
Après plus de dix mois de travaux, l’Assemblée constituante du Chili présentera, officiellement, demain son projet de nouvelle Constitution, un texte qui consacre un «catalogue de droits sociaux» totalement inédits dans ce pays sud-américain régi pendant des décennies par des politiques ultralibérales.
Le projet constitutionnel, dont la version finale sera remise le 5 juillet au nouveau jeune président de gauche, Gabriel Boric, 36 ans, avant d’être soumis à un référendum obligatoire début septembre, consacre désormais dans son premier article les principales revendications des manifestants. «Le Chili est un Etat social et démocratique de droit. Il est plurinational, interculturel et écologique. Il se constitue comme une République solidaire, sa démocratie est paritaire et il reconnaît comme valeurs intrinsèques et inaliénables la dignité, la liberté, l’égalité substantielle des êtres humains et leur relation indissoluble avec la nature». D’ici début juillet, une Commission d’harmonisation révisera les quelque 400 articles votés par les 154 constituants, en majorité des citoyens indépendants, pour veiller à la cohérence de la forme, mais sans toucher au fond. Après des mois de débats parfois enflammés et le vote, article par article, à la majorité des deux-tiers, plusieurs propositions ont finalement été laissées de côté : possibilité de deux mandats présidentiels successifs, référendum révocatoire, perte d’autonomie de la Banque centrale ou nationalisation des mines… Fortes revendications de la rue, le droit à une santé et une éducation publiques de qualité, à un logement et à une retraite digne figurent toutefois en bonne place dans le texte. Il prévoit ainsi la création d’un système national de santé public et universel. Parallèlement, un système de Sécurité sociale doit permettre une réforme du système des retraites avec notamment une contribution non seulement des travailleurs, mais aussi des employeurs. Dans les années 1980, le Chili avait été un pays pionnier pour la mise en place d’un système de pension par capitalisation individuelle qui a plongé de nombreux retraités dans la pauvreté. «Toutes les personnes ont droit à l’éducation» rappelle aussi le projet, qui prévoit un «système national d’éducation» dans un pays où le fossé reste grand entre établissements privés et publics où de nombreux élèves déplorent des «salles de classe en mauvais état» et un «manque de professeurs». Le texte renforce aussi l’autonomie de la justice et reconnaît «les systèmes juridiques des peuples autochtones» dont la compétence reste toutefois déterminée par la loi. Il propose également de remplacer le Sénat par une Chambre des régions.

Patrimoine des riches : 16,1% du PIB
En matière d’environnement, sujet très présent dans les débats, la nouvelle Constitution «garantit à tous le droit à une eau et à des installations d’assainissement suffisantes, saines, acceptables et abordables» et interdit que l’eau soit privatisée comme c’est le cas actuellement. Actuellement, «le Chili est le seul pays au monde dont la Constitution consacre le droit à la propriété privée de l’eau», rappelle Rodrigo Espinoza, analyste économique à l’université Diego Portales. Enfin, si le texte ne mentionne pas le mot «avortement», il prévoit que l’Etat fournisse «les conditions d’une interruption volontaire de grossesse» dans un pays où celle-ci n’est autorisée qu’en cas de danger pour la vie de la mère, de l’enfant, ou de viol.
La rédaction d’une nouvelle Constitution à la fin de l’année 2019 avait constitué une porte de sortie politique au soulèvement social sans précédent qui avait secoué le pays de 19 millions d’habitants pour réclamer plus de justice sociale. A la clé, l’objectif de remplacer la Constitution votée pendant la dictature d’Augusto Pinochet (1973-1990) et considérée par beaucoup comme un frein à toute réforme sociale de fond.
«Le principe de la Constitution de 1980 était de consacrer des solutions privées à des problèmes publics. Elle était hostile à l’action de l’Etat dans l’économie et pour allouer des droits sociaux», rappelle à l’AFP Javier Couso, avocat constitutionnaliste et professeur à l’université Diego Portales. Résultat. Le Chili est un des pays les plus inégalitaires d’Amérique latine et le patrimoine des plus riches, en 2021, a représenté 16,1% du Produit intérieur brut (PIB) du pays, selon la Commission économique pour l’Amérique latine et les Caraïbes (Cepalc). n