Depuis le début de la pandémie, tout le monde, en Algérie, reste en alerte face aux chiffres. Actuellement, le plus attendu reste celui des nombres de vaccinés, et hier, un nouveau a été annoncé. Le chiffre est celui de 10,2 millions. Il représente le nombre de personnes qui ont reçu la première dose du vaccin anti-Covid 19. La source était le Professeur Riad Mahyaoui, membre du Comité scientifique chargé de la lutte et du suivi de la pandémie en Algérie, lors de son intervention, hier, sur les ondes de la radio chaine 1. Il a également précisé que parmi ces 10,2 millions, un peu moins de la moitié (5 millions) ont reçu les deux doses. Faut-il conclure que l’opération de vaccination (qui a débuté, il faut bien le rappeler, en janvier dernier) est une réussite ? Répondre par oui, serait vite considéré comme un mensonge. Mais répliquer par un non, serait bien loin de la vérité. La cadence avait sensiblement augmenté ces dernières semaines, surtout depuis le 11 septembre dernier, et cela personne ne peut le nier. Toutefois, l’objectif numéro un voulu par l’opération est encore bien loin. L’immunité collective attendra encore. Combien de temps ?
D’ailleurs un autre chiffre s’est imposé dernièrement. Il concerne effectivement celui de l’immunité collective, tant brandie mais souvent entouré de flou. Selon Kamel Sanhadji, président de l’Agence nationale de la sécurité sanitaire (dans une intervention radiophonique, le 04 octobre dernier) pour atteindre ce but, il faudra vacciner plus de 35 millions de personnes. Une simple opération de calcul indique qu’il reste encore 20 millions, soit quasiment le double de ce qui a été réalisé en un peu plus de 8 mois !
Pour les autorités sanitaires beaucoup d’espoirs sont mis sur la rentrée universitaire (hier). Toutefois, il faut bien préciser que le nombre total des étudiants ne dépasse pas 1,7 millions. Encore un chiffre, et celui-là ne compensera pas le « déficit ».
Que faire alors pour essayer de convaincre les nombreux réticents à se vacciner ? Un dilemme, qui est encore plus dur à réaliser lorsqu’on ne connait pas la « mentalité ». Convaincre est un art non donné à tout le monde.