En cette période d’entame de la période estivale, des noyades sont déjà signalées à travers plusieurs régions du littoral du pays. Hier, la Direction de la Protection civile a annoncé que cinq personnes sont mortes noyées, durant les dernières 72 heures, et dont les corps ont été repêchés par ses agents et les garde-côtes, au niveau du littoral de la wilaya de Tipasa. Parmi ces victimes figure un cinquantenaire, qui s’est noyé après avoir secouru deux personnes à Bouharoun, une femme et un enfant, a précisé le corps constitué, cité par l’APS.
La dépouille mortelle d’une personne non identifiée, trouvée dans un état de décomposition avancé, a été, par ailleurs repêchée par les services de la Protection civile de Tipasa au large d’El Arhate, à près de 1,3 mile de la plage, a ajouté même source. Trois autres dépouilles de sexe masculin ont été repêchées par les garde-côtes, au large de Cherchell, dont deux trouvées dans un état de décomposition avancé et non identifiées, poursuit-on. Les corps ont été déposés à la morgue de l’hôpital de Cherchell, a-t-on signalé. Une enquête a été ouverte par la Police judiciaire pour identifier chaque victime et déterminer les circonstances exactes de la noyade.
Ces trois dépouilles sont repêchées quelques jours après l’information rapportée par Francisco Jose Clemente Martin, de l’organisation espagnole Héroes del mar, (Les héros de la mer), faisant état de la noyade, sur les côtes de Cherchell, de harragas algériens qui tentaient de rejoindre l’Espagne à bord d’une embarcation de fortune. « Nous venons de confirmer qu’il y a eu un naufrage le 1er juillet 2021 sur les côtes de Cherchell, en Algérie », a lancé sur sa page faceboock ce militant des droits de l’Homme, bénévole pour le sauvetage des migrants clandestins en Espagne, cité par le site électronique Algérie360. Avant cette confirmation, le membre de l’ONG espagnole chargée de l’accueil des migrants avait indiqué que les traversées de migrants algériens vers les côtes espagnoles se poursuivaient et que, dans la soirée du 1er juillet, plus de 200 d’entre eux étaient arrivés dans la ville côtière d’Almeria.
Démantèlement d’un réseau de traversées clandestines à Oran
Les services de la police d’Oran ont démantelé un réseau composé de trois individus spécialisé dans l’organisation de traversées clandestines par mer, a-t-on appris mardi auprès de la sûreté de wilaya. L’opération a eu lieu suite à l’exploitation d’informations parvenues à la brigade mobile de la police judiciaire de la cité Bouamama d’Oran faisant état de trois individus qui fabriquaient des embarcations pour organiser des traversées clandestines par mer. Quinze embarcations de 4 à 5 mètres de long, 16 moteurs, une boussole, un appareil GPS, neuf bidons remplis de carburant, deux combinaisons de plongée, des lampes et un véhicule utilitaire qui servait à remorquer les bateaux et à transporter le matériel ont été saisis, indique un communiqué de la cellule de communication et des relations publiques de la sûreté de wilaya d’Oran. Les objets saisis étaient dissimulés à l’intérieur d’une ferme à l’Est de la ville d’Oran, où se trouve un atelier clandestin pour la fabrication d’embarcations.