Des élèves de l’école primaire Benmokadem Dziri située, dans la commune de Cherchell, sont sommés, en pleine année scolaire, de quitter les lieux pour des raisons de sécurité, suite à une expertise effectuée par les services compétents, sans plus d’explications selon certains parents d’élèves qui ont contacté Reporters.

Ainsi, après la grogne des enseignants des écoles primaires de la wilaya, qui ont exprimé haut et fort leur mécontentement quant à leurs conditions de travail et de vie, voilà que les parents d’élèves des écoles primaires Benmokadem Dziri et Guachi (école d’accueil), situées dans la commune de Cherchell, se manifestent pour dénoncer les incohérences et incongruités des responsables locaux, qui gèrent les affaires de la collectivité avec désinvolture.
Les parents d’élèves de l’école primaire Benmokadem Dziri, qui abrite 6 classes de 25 écoliers chacune, sont estomaqués par la nouvelle de la fermeture, en pleine année scolaire, de cette école, « pour des raisons de sécurité », selon les propos de l’inspecteur de l’éducation, accompagné du chef de daïra, qui sont venus l’annoncer aux responsables de l’école et aux élèves sans donner plus d’explications. Les élèves sont sommés de quitter l’école, qui va être démolie ou faire l’objet de restauration, nul ne sait, et seront dispatchés dans une école à proximité, où il est prévu d’organiser la double vacation, une proposition qui a mis les parents des deux écoles (celle à évacuer et celle d’accueil) dans une colère indescriptible craignant de mauvaises conditions d’accueil et une perturbation des écoliers qui sont, depuis jeudi complètement désemparés.
Les parents d’élèves de l’école en question ont décidé de s’organiser en association et interpellent les responsables de l’APC (l’école primaire étant sous l’autorité de la commune) et le chef de daïra pour trouver une autre solution au lieu de se débarrasser des écoliers, en les plaçant en double vacation, qui n’arrange personne et encore moins l’école d’accueil. Après deux RDV ratés avec le chef de daïra, et en l’absence de réaction du P/APC, selon certains parents d’élèves, ces derniers espèrent trouver une oreille attentive à leurs doléances et ont même proposé une solution provisoire aux responsables locaux qui consiste en l’aménagement du centre culturel, achevé et inoccupé pour le moment, en classes en attendant l’achèvement des travaux ou la réalisation d’une autre école. Une proposition écrite a été faite par les parents d’élèves à l’inspecteur de l’éducation de la daïra de Cherchell qui les a rencontrés en présence du secrétaire général de la daïra et du coordinateur de l’association de wilaya des parents d’élèves qui attendent la réponse, car les enfants risquent d’être mis dehors dès cette semaine.
La décision, prise à la suite d’une expertise et de l’inspection, qui a découvert des anomalies est incompréhensible car celle-ci aurait pu être discutée lors des vacances scolaires, au lieu d’agir à la hâte en pleine année scolaire. Les parents d’élèves disent ignorer quel danger menaçait leurs enfants dans cette école et ne cherchent même pas à le savoir, le plus urgent et important pour eux est de mettre leurs enfants dans des classes dignes de ce nom et ne pas les entasser alors que des solutions auraient pu être trouvées durant les vacances scolaires ou lieu d’agir dans la précipitation. Selon des indiscrétions et des supputations entendues çà et là, le rapport du CTC, quant au manque de sécurité dans cette école, daterait de 2015, une information difficile à vérifier en raison du mutisme de tous les responsables qui se cachent derrière «le confortable» blackout. n