Le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Chems-Eddine Chitour a affirmé, mardi, que les déclarations qui lui ont été attribuées sur les réseaux sociaux concernant les enseignants étaient « infondées« , relevant que ses déclarations au Conseil de la Nation s’articulaient autour de « l’encadrement pédagogique dans certains établissements universitaires« , rapporte l’APS. « Dans mes réponses aux questions des membres du Conseil de la Nation au terme du débat, lundi 2 mars, de deux projets de lois sur la recherche scientifique, ma déclaration a été sortie de son contexte sur les réseaux sociaux et des propos infondés sur les enseignants m’ont été attribués« , a indiqué le ministre dans sa mise au point. « Mon intervention concernait l’encadrement pédagogique de certains établissements universitaires. J’avais déclaré que l’encadrement en enseignants de rang magistral (professeur et maître de conférence) était inexistant dans certains établissements (voire zéro)« , a-t-il précisé. « En ma qualité de Professeur, il m’est inconcevable de tenir des propos tels que ceux m’ayant été attribués« , poursuit le ministre soulignant que « l’enseignant universitaire dans le secteur, tous grades confondus, est la pierre angulaire du processus de promotion de l’Université« . Plusieurs organisations syndicales activant dans le secteur avaient, rappelle-t-on, fustigé les déclarations du ministre, indiquant que « l’Algérie traversait une étape « décisive qui nécessite la réhabiliter de l’élite nationale dans la place qu’elle lui sied, notamment à travers la valorisation du rôle de l’enseignant-chercheur, au regard de son rôle important dans le processus de développement et de renouveau ».