Le chef de daïra de Chelghoum Laïd se substituera dorénavant aux 23 élus de l’Assemblée populaire de la même ville pour assurer la gestion de la commune, bloquée depuis plus de trois mois pour des raisons d’incompatibilité entre un élu et 17 autres membres.

En effet, 14 membres du FLN et 3 du PT ont gelé leur activité et refusent de coopérer avec le P/APC et ce, malgré, toutes les tentatives de réconciliation menées par le wali pour régler leur différend qui, selon nos informations, se résume à l’éviction et au remplacement d’un vice-président accusé de mauvais comportement envers ses collègues. Une doléance qui n’a pas trouvé d’écho auprès de l’édile. Le refus du P/APC de convoquer une assemblée générale pour étudier la question aura été la goutte qui a fait déborder le vase et fait bloquer la gestion de la commune. La décision d’application de la décision de substitution a atterri sur le bureau du chef de daïra lundi dernier et est entrée en vigueur le même jour. La décision sera toutefois annulée si les parties en conflit trouvaient un consensus pour remédier à la situation.