Cinq pays asiatiques comptent pour 80% des nouvelles centrales au charbon prévues dans le monde et menacent les objectifs de limitation du réchauffement climatique, alerte un rapport publié mercredi. La Chine, l’Inde, l’Indonésie, le Japon et le Vietnam ont au total plus de 600 nouvelles centrales à charbon en projet, selon le centre de réflexion Carbon Tracker. Ces centrales pourront fournir quelque 300 gigawatts d’énergie supplémentaire, soit l’équivalent de la capacité de production d’électricité du Japon. Mais ces projets mettent en danger l’objectif de limiter le réchauffement des températures à 1,5 degré par rapport aux niveaux pré-industriels, relève-t-il. «Ces derniers bastions du charbon sont à contre-courant, alors que l’offre de renouvelables fournit une solution plus économique et qui soutient les objectifs climatiques mondiaux», souligne Catharina Hillenbrand Von Der Neyen, responsable des études de Carbon Tracker. «Les investisseurs ne devraient pas approcher de ces nouveaux projets de charbon», poursuit-elle. Les experts considèrent la fermeture des centrales à charbon, qui produisent des gaz à effet de serre comme le dioxyde de carbone, comme un élément clé de la bataille pour le climat. Mais de nombreux pays d’Asie Pacifique, qui ont misé sur les énergies fossiles pour alimenter leurs économies en développement rapide, sont réticents à changer leurs sources d’énergie, alors que les Etats-Unis et l’Europe accélèrent leur transition énergétique. Les trois quarts du charbon utilisé en 2019 l’a été en Asie Pacifique, selon les données du groupe énergétique BP. La Chine, principal consommateur de charbon et premier émetteur de gaz à effet de serre, est le pays qui prévoit le plus de nouvelles centrales à charbon, d’après Carbon Tracker.
368 centrales sont en cours de construction avec une capacité de 187 gigawatts, selon le centre de réflexion, malgré la promesse du président Xi Jinping d’atteindre la neutralité carbone en Chine en 2060. L’Inde, deuxième plus gros consommateur de charbon au monde, prévoit 92 centrales, soit 60 gigawatts environ. L’Indonésie a 107 nouvelles centrales au charbon en projet, le Vietnam 41 et le Japon 14, selon le think tank. Les gouvernements sont souvent réticents à changer de source d’énergie car ils s’inquiètent pour leur sécurité énergétique, souhaitent soutenir leur industrie et aussi à cause du lobbying. Pourtant construire de nouvelles centrales à charbon devient moins rentable puisque le coût de moins en moins élevé des énergies renouvelables comme le solaire ou l’éolien devrait les rendre meilleur marché que le charbon dans la plupart des régions du monde, selon le rapport. Les gouvernements devraient utiliser les aides destinées à redresser leur économie après le coronavirus pour «poser les fondations d’un système énergétique durable», note Mme Hillenbrand Von Der Neyen. «Le charbon ne fait plus sens, du point de vue économique ou environnemental», martèle-t-elle. n