Par NAZIM BRAHIMI
Le Cercle national de l’Armée a abrité hier un séminaire sous le thème «Mémoire et unité nationales» dont l’ouverture a été présidée par le général de corps d’armée, Saïd Chanegriha, qui a mis en évidence la finalité de «maintenir vivace la mémoire nationale» en préservant l’Algérie des «dérives alternatives influencées par différents canaux médiatiques».
Il s’agit aussi pour M. Chanegriha de garantir à l’Algérie «son environnement authentique, dans ses dimensions historique, géographique et culturelle», expliquant que ces dimensions représentent «les constantes nationales, consacrées par la glorieuse Révolution de Novembre, et qui sont l’unique repère à même de préserver notre sécurité nationale et notre stabilité et d’atteindre l’objectif prometteur de construire un Etat fort et présent au concert des nations».
Le chef de corps d’armée a affirmé, par la même occasion, que «la conservation de la mémoire nationale est un projet national qui requiert la conjugaison des efforts de tous les secteurs de l’Etat, notamment ceux de l’éducation, de la culture, de l’enseignement supérieur, des médias et des affaires religieuses».
Ces segments «se complètent les rôles avec la vocation de la famille, en sa qualité de noyau de la société, afin de forger la personnalité d’un citoyen, conscient de ses valeurs civilisationnelles et pleinement engagé envers sa société», a-t-il souligné.
Dans le registre relatif à la préservation de la mémoire nationale, il a tenu à saluer «les initiatives du président Tebboune en lançant la chaîne «El-Dhakira» dédiée à l’histoire nationale, en tant que première étape du projet de conservation de la mémoire nationale, de décréter le 8 mai «Journée nationale de la mémoire» et de rapatrier un important lot de dépouilles mortuaires des chouhada des résistances populaires, en attendant de recouvrer l’intégralité de notre mémoire nationale».
Il a qualifié les démarches de «nobles», en ce sens qu’elles contribuent à «maintenir vivace la mémoire nationale à travers la sensibilisation à l’histoire nationale et l’ancrage de l’appartenance civilisationnelle».
A noter que ce séminaire a vu la présence des ministres de la Communication, de l’Education nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique et de la Culture et des Arts, ainsi que le Secrétaire général du ministère des Moudjahidine et des Ayants-droit, celui du ministère de la Défense nationale par intérim ainsi que du Directeur général des Archives nationales et conseiller du président de la République chargé des Archives nationales et de la mémoire nationale.
Dans son introduction, le chef de corps d’armée a relevé que l’organisation de ce séminaire, sous le thème «Mémoire et unité nationale», a pour objectif de passer en revue le patrimoine national, qui est «le produit du génie des générations précédentes, dans les différents domaines, ainsi que les valeurs et traditions établies par les sociétés qui se sont succédé dans notre espace géographique et leur effet positif sur l’unité nationale, territoriale et populaire, en dépit des épreuves qui ont marqué leur parcours tout au long de notre glorieuse histoire». n