C’est une autre phase du CHAN-2022 (13 janvier – 04 février) qui débutera demain. Et l’équipe nationale A’, conduite par Madjid Bougherra, sera face à un nouveau test quand elle affrontera la Côte d’Ivoire au stade Nelson Mandela de Baraki (Alger) ce vendredi (17h00) en quart de finale.
A compter de ce tour, seule
la victoire sera déterminante.

Par Mohamed Touileb
Les « Verts » ont fait carton plein lors du premier tour pour se hisser au « knockout stage » avec la note intégrale. Ni la Libye, ni l’Ethiopie, ni le Mozambique n’ont pu prendre des points face à nos locaux qui ont remporté chacune de leurs trois sorties au stade Nelson Mandela.

Déjà l’opportunité d’égaler le parcours de 2011
Dans l’enceinte de Baraki, l’EN A’ est toujours sortie victorieuse. Et, pour ce nouveau test, elle pourra compter sur l’appui du public et les repères qu’elle a dans cet antre flambant neuf. D’ailleurs, le stade devrait afficher complet pour l’occasion puisque tous les tickets ont été écoulés en quelques heures. Des détails qui pourraient être déterminants pour poursuivre la quête de trophée. Les protégés de Madjid Bougherra n’ont jamais caché leur envie d’aller chercher la consécration pour la première fois en 7 éditions. Pour l’instant, la meilleure performance de nos locaux dans cette compétition était la quatrième place décrochée lors de la séquence 2011 au Soudan. Un « accomplissement » que nos « Fennecs » pourraient égaler dès demain en cas de qualification. Et, comme les Algériens, les Ivoiriens ne sont jamais allés plus loin que le carré d’as avec une troisième place et la médaille de bronze glanée en 2016 au Rwanda.

« Les meilleures équipes sont là »
Par ailleurs, il faut savoir que les « Eléphants » sont passés en tant que seconds de la poule ‘’B‘’ alors qu’« El-Khadra » s’est qualifiée comme leader du groupe ‘’A‘’. Potentiellement, les Dz ont montré plus de maîtrise. Cependant, à compter de ce tour, tous les compteurs sont remis à zéro et les équipes se valent.
Bougherra le sait pertinemment. Et il notait, à nos confrères de DzFoot, que « nous sommes dans la dernière ligne droite, les quarts de finale. Les meilleures équipes sont là et la Côte d’Ivoire n’est plus à présenter. C’est un football académique, un pays qui produit beaucoup de joueurs. On a vu des joueurs talentueux, avec une discipline tactique, une qualité technique et une force offensive comme on l’a vu. C’est bien de jouer ces matchs-là en quart de finale parce que si tu veux aller au bout, il faut tomber contre de grosses équipes et le mériter. On va bien se préparer pour ce match-là et c’est bien de jouer à Nelson Mandela, on reste sur place et on a nos repères ».

Nécessité de réalisme et hermétisme
Pour parvenir à passer ce nouvel obstacle, les camarades d’Aymen Mahious, meilleur buteur de l’Algérie (2 réalisations) dans cette épreuve, devront se montrer plus tranchants et précis dans la finition. Pour l’instant, ils ont signé des victoires étriquées avec un tarif minimal à chaque sortie (1-0). La pression de l’enjeu sera bien présente car le faux-pas est désormais interdit pour chacun des 8 derniers prétendants. Pour ce faire, les nôtres pourraient compter sur une arrière-garde assez compacte qui n’a toujours pas craqué dans cette compétition avec 3 cleansheets de suite qui sont pour beaucoup dans la note complète réalisée au premier écrémage.
Tout reste à faire demain afin de prolonger l’aventure et répondre aux attentes énormes car la réussite de l’évènement et l’engouement dépendent aussi du parcours de Zakaria Draoui & cie. In fine, notons que le second quart de finale prévue demain opposera le Sénégal à la Mauritanie au stade du 19 mai 1956 d’Annaba (20h). n