La RD Congo, double vainqueur du trophée, abordera le Championnat d’Afrique des nations CHAN-2022 en Algérie, avec l’intention de reconquérir le titre pour la troisième fois, à l’occasion de leur sixième participation dans cette compétition. Qualifiée pour cette 7e édition aux dépens du Tchad (2-1, 5-0), la RDC est l’une des équipes à surveiller en Algérie. En tant que vainqueurs du CHAN en 2009 et 2016, les «Léopards» abordent ce tournoi avec les attentes de toute une nation suspendue à ses épaules.
Sous la conduite du sélectionneur Ngoma Kondi Otis, désigné à la tête de la sélection en avril dernier, en remplacement de Flaurent Ibenge, la RD Congo devra d’abord s’extirper d’un groupe B assez relevé en présence de la Côte d’Ivoire, de l’Ouganda, et du Sénégal. La dernière fois, au Cameroun, les Congolais ont fait bonne figure, notamment en phase de groupes, mais ont finalement été éliminés en quart de finale par le pays hôte (2-1).

«Mentalités formatées»
Cependant, un nouveau staff technique a été mis en place avec des idées nouvelles, dans l’espoir de rendre les Léopards à nouveau grands. «Pour arriver à la qualification, il a fallu d’abord formater la conscience des joueurs sélectionnés à un moment difficile où le championnat national est à l’arrêt. Les matches amicaux nous ont beaucoup aidés. Contre les Diables rouges à Brazzaville, on n’avait toujours pas d’automatismes requis. Mais, au match retour à Kinshasa, nous avons tenu un discours pour conscientiser les joueurs qui devaient comprendre que leur temps avait sonné. Cela, dans la mesure où la crème locale des joueurs congolais était négligée, par leur propre négligence et ils ne se prenaient pas en considération», avait souligné le coach des «Léopards».
Et d’enchaîner: «L’objectif était aussi d’effacer le spectre humiliant subie par les Léopards A au début des éliminatoires pour la Coupe d’Afrique des nations (CAN), Côte d’Ivoire 2024, ainsi que toutes les autres équipes nationales. Le plus dur a été fait. Il reste à reprogrammer le travail attendu, qui passera nécessairement par la reprise du championnat».

Séduire dès le match face à l’Ouganda
Pour espérer réussir l’édition d’Algérie, la RDC compte frapper fort dès le début de la phase de poules, à l’occasion de son entrée en lice, face à l’Ouganda, le samedi 14 janvier au stade du 19-mai 1956 d’Annaba (17h00). Les coéquipiers de Bola Lobota (Lupopo) devront ensuite sortir le grand jeu face à la Côte d’Ivoire (18 janvier à Annaba) et au Sénégal (22 janvier à Annaba) pour tenter de terminer parmi les deux premiers du groupe, synonyme de qualification pour les quarts de finale.
Toutefois, l’envie et la détermination des joueurs congolais pourraient être heurtées à l’inexpérience de leur sélectionneur, puisque Ngoma Kondi Otis, est à la recherche d’exploit retentissant dans sa carrière d’entraîneur. Bien qu’il ait déjà dirigé d’autres catégories de l’équipe nationale, il s’agira de sa première grande sortie sur la scène continentale, où il tentera de démontrer son savoir-faire technique sélection la plus titrée avec le Maroc
Les titres remportés en Côte d’Ivoire et au Rwanda font de la RD Congo une des équipes les titrée de l’histoire de la compétition, avec deux titres. Dotée de l’un des meilleurs championnats nationaux d’Afrique au cours de la dernière décennie, la RDC a acquis la réputation d’être l’un des prétendants à presque toutes les éditions du CHAN, à l’exception de l’édition 2018 pour laquelle elle n’a pas réussi à se qualifier.
A quelques jours du coup d’envoi de la compétition, les Congolais ont amorcé la dernière ligne droite dans leurs préparatifs. Après un premier stage effectué du 27 au 31 décembre à Kinshasa, à l’issue duquel le sélectionneur a arrêté la liste finale des 28 joueurs, les «Léopards» se sont rendus à Tunis le 2 janvier pour peaufiner un stage précompétitif ponctué par deux tests amicaux. <