L’Algérie a mis la barre très haut pour ce qui est du volet organisation du CHAN-2022 (13 janvier – 04 février). Les autorités et les différentes cellules mises en place pour assurer une bonne organisation n’ont négligé aucun détail pour assurer le bon déroulement du tournoi. D’ailleurs, des personnes influentes à la Confédération africaine de football (CAF) n’ont pas caché leur totale satisfaction par rapport à ce qu’ils ont pu voir jusque-là. Et cela ne peut qu’augmenter les chances de voir aboutir la candidature Dz pour abriter la CAN-2025.

Par Mohamed Touileb
Considération, prestige et modernité sont les trois détails sur lesquels le Comité d’organisation local (COL) du CHAN-2022 a axé. Et le pari est jusqu’à présent réussi. La faculté à s’adapter et ne rien laisser au hasard est aussi un autre point fort pour le COL qui est très actif et réactif aux constats faits sur les réseaux sociaux.

Le SG de la CAF impressionné
On est donc face à une édition très « connectée » qui semble correspondre clairement à la réalité du football moderne. Que ce soit sur le plan des infrastructures ou la manière de promouvoir l’événement et de le gérer. En tout cas, tout ceci sera présent dans le rapport final de la Commission des compétitions de la CAF pour le soumettre à évaluation. Et cela sera considéré par le Bureau exécutif de la CAF au moment de décider du nom du pays hôte de la CAN-2025. Et pour confirmer que le tournoi continental dédié aux joueurs locaux se déroule dans les meilleures conditions qui soient, on relèvera cette déclaration de Véron Mosengo-Omba, qui n’est autre que le Secrétaire Général de la CAF). En effet, le Congolais a reconnu que « le gouvernement algérien nous a promis une belle organisation pour le CHAN. Ce que nous voyons aujourd’hui n’est pas beau mais exceptionnel ».

Engouement et portée médiatiques hors du commun
Ce constat fait par le deuxième homme fort à l’instance confédérale montre parfaitement que ce qui a été réalisé dépasse toutes les attentes. On parle là d’une épreuve supposée être « secondaire » et qui ne suscitait pas vraiment l’intérêt avant de débarquer en Algérie. La portée médiatique et l’engouement autour du CHAN ont atteint un point sans précédent pour cette 7e édition. Et personne ne pourra dire le contraire.
L’Algérie a donné beaucoup d’estime à l’Afrique quand certains lui ont tourné le dos et tenté de gâcher la fête. On pense évidemment au Maroc qui a décidé, à la dernière minute, de faire une volte-face et renoncer à la participation pour des considérations extra-sportives.
Et quand on sait que les Marocains sont nos concurrents directs par excellence dans la course pour abriter la CAN-2025, on peut penser que leur attitude condescendante, qui contraste avec celle bienveillante de l’Algérie, pourrait donner un avantage net à la postulation algérienne auprès du Bureau Exécutif de la CAF. C’est ce qu’on saura dans les semaines à venir. Mais, manifestement, tout va dans le bon sens. n