Fort d’une victoire assez limpide (2/0) à l’aller au stade 5 Juillet 1962 (Alger), le CR Belouizdad sera en appel cet après-midi (17h00) au Caire où il croisera, pour la deuxième fois en l’espace d’une semaine, le fer avec Al Nasr Benghazi. Le «Chabab» aura pour mission d’accrocher la prochaine étape de la Ligue des Champions CAF afin de rejoindre le MC Alger, second représentant algérien dans cette 57e édition. Le «Doyen» s’est qualifié, vendredi, sur tapis vert après le forfait des Buffles de Borgou qui n’ont pas rallié l’Algérie depuis le Bénin pour l’acte II.

Si les Mouloudéens se sont hissés au premier tour sans avoir à disputer la seconde manche, les «Chababistes» devront batailler face aux Libyens afin de composter le billet pour la prochaine étape. Dans cette mission, ils auront un écart favorable de 2 buts qu’ils ont inscrits dimanche dernier dans le temple olympique. Certes, Amir Sayoud va ressasser son raté et ce troisième but tout fait qu’il a raté lors du coup d’envoi. Une réalisation qui aurait pu mettre les siens dans un matelas douillet avant ce déplacement en terre égyptienne.
Toutefois, les champions d’Algérie sortants disposent d’une marge de manœuvre contre un adversaire obligé de recevoir loin de la Libye où la situation sécuritaire ne permet pas d’abriter des rencontres de la compétition continentale. Malgré le succès à l’ «aller», les banlieusards d’Alger devront faire très attention. Parfois, tout va très vite dans le football. Un break n’est pas synonyme de confort total. Et ça, les Belouizdadis le savent.

«En Egypte pour gagner»
La délégation du CRB est arrivée au Caire vendredi en fin d’après-midi. Et l’équipe ne compte pas se contenter de défendre l’acquis de la première explication. «On ira en Egypte pour gagner, on sait ce qui nous attend là-bas. En ce début de saison, je ne vais pas m’appuyer sur une équipe-type, mais plutôt sur un groupe», avait assuré l’entraîneur Franck Dumas qui mise sur un bon parcours. Par ailleurs, il faut rappeler que le team de Laâquiba redécouvre l’épreuve pour la première fois depuis 2001 quand il avait accédé à la phase de poules terminant quatrième du groupe «B». Le quartet était complété par le Pétro Atletico (Angola), Al Ahly SC (Egypte) et l’ASEC Mimosa (Côte d’Ivoire) qui avait infligé cette gifle historique (7-0) à Abidjan aux camarades d’Arafat Mezouar. Une des plus lourdes défaites jamais enregistrées par un représentant Dz en Afrique.

Un passé à rectifier
Les Belcourtois ont donc comme objectif d’effacer ce passif. De gros moyens sont mis à disposition par Madar Holding, propriétaire majoritaire des «Rouge et Blanc». Après avoir conquis le trône national, les dirigeants ont un œil sur la notoriété en Afrique. Ça ne sera pas la plus facile des conquêtes avec une expérience qui pourrait faire défaut tant la formation 8 fois détentrice de la Coupe d’Algérie qui avait pris part à la Coupe de la Confédération CAF la saison écoulée.
Les tournois de la CAF, c’est une autre histoire et tout reste à écrire. Et cela commence avec cette empoignade face à Al Nasr. Une opposition qui sera dirigée par le referee tunisien Naïm Hosni, qui sera épaulé par ses compatriotes Aymen Smaïl et Amine Barakallah. n