En s’imposant (4-1) vendredi soir en réception du Galaxy FC (Botswana) pour le compte de la 4e journée de la phase de poules de la Ligue des Champions CAF, le CR Belouizdad a réalisé une très bonne opération. A deux tests de la fin de cet écrémage, les Algériens sont en ballotage favorable pour se hisser au prochain tour. Toutefois, l’essentiel pour le «Chabab» est de remporter l’épreuve. Et quand on voit le jeu et le parcours jusque-là, il n’y a pas d’indices qui garantissent d’aller au bout.

Par Mohamed Touileb
Ce n’est pas pour faire les rabat-joie mais le premier constat à faire est que les Belouizdadis ont remporté 6 de leurs 8 points face à l’équipe la plus faible du groupe «C». Les Botswanais ne sont pas du même calibre que les autres écuries engagées dans cette épreuve.

Du mal face aux deux sérieux adversaires du quatuor
D’ailleurs, l’ES Tunis est venue accrocher les «Rouge et Blanc» (1-1) à Alger alors que lors du déplacement chez l’ES Sahel à Sousse, les Algérois n’ont ramené qu’un point (0-0). Les deux teams tunisiens restent les deux repères de performances les plus crédibles pour juger si les «gars de Lâquiba» ont une tête de champion potentiel. Ainsi, les deux prochaines sorties dans ce tour principal donneront plus d’indications sur les capacités de Merzougui & cie d’imiter le MC Alger, la JS Kabylie et l’ES Sétif qui restent les 3 représentants Dz à avoir été distingués à ce niveau.

Un statut à solidifier en Afrique
Certes, quand on analyse les résultats des «Chababistes», on peut relever qu’ils sont dans une dynamique clairement positive. C’est une troupe qui a gagné 5 de ses 7 derniers tests. Et si Karim Aribi & cie n’ont pas fait le plein sur cette période, c’est parce qu’ils ont justement croisé le chemin des deux sigles tunisiens.
Si la domination sur le plan national n’est pas sujette à contestation avec deux titres de champions d’Algérie de suite et un statut de solide leader pour la saison en cours, tout reste à faire sur le plan continental où les protégés de Lucas Paqueta doivent passer un cap.
Pour cela, il faudra montrer une aptitude à battre les Espérantistes et les Etoilistes lors des deux prochaines sorties. Et c’est à compter de ce moment qu’on pourrait dire que le CRB a les épaules pour aller se poster sur le sommet de l’Afrique.