Comme lors du tour précédent contre l’AKWA United, le CR Belouizdad abordera le match
« retour » du 2e tour préliminaire de Ligue des Champions CAF face à l’ASEC Mimosa en étant virtuellement éliminé. Battus 3 buts à 1 à Abidjan la semaine dernière, les Algériens seront obligés de l’emporter 2 buts à 0 ou par plus de deux buts d’écart. La mission ne s’annonce pas facile.

Par Mohamed Touileb
Le champion d’Algérie sortant se retrouve déjà en position délicate dans sa campagne continentale. Quart-de-finalistes lors de l’édition écoulée, les Chababistes risquent de quitter la compétition prématurément pour l’opus 2021-2022 sans même atteindre la phase de groupes qui se retrouve à une étape désormais. Depuis l’exercice écoulé, beaucoup de choses ont changé chez les «Gars de Laâquiba». Il y a eu des départs importants qui semblent avoir déséquilibré les « Rouge et Blanc ». On pense ici au changement à la tête de la barre technique avec le départ de Zoran Manojovic et son adjoint Karim Sebai qui ont effectué un excellent travail.
Paqueta et ses joueurs y croient
En outre, il y a eu le départ du métronome et maître à jouer Amir Saâyoud vers le championnat d’Arabie saoudite. L’ex numéro 10 a laissé un vide énorme. Sur le plan technique il apportait beaucoup. On parle d’un joueur qui a contribué dans plus de 50% des buts du « Chabab » la saison dernière. À partir de là, il fallait s’attendre à ce que cette dépendance se fasse ressentir lors des premières sorties sans le lutin. Lors du premier tour préliminaire de la LDC CAF, il a fallu attendre le match «retour» pour se mettre à l’abri après une défaite 1-0 au Nigéria contre Akwa United. Pour la seconde sortie en Afrique, les choses ne se sont pas améliorées. Les Ivoiriens ont dominé les protégés du nouvel entraîneur Marcos César Dias Castro, dit Marcos Paqueta, 3 buts à 1. Malgré ce revers, le coach Brésilien a indiqué que « c’est vrai que la mission est difficile mais on doit tout faire pour l’emporter. On sera chez nous cette fois et on doit tout donner sur le terrain pour nous retrouver dans les meilleures conditions afin d’aller chercher cette qualification. Oui, on peut le faire !» Légitimement, le double-champion d’Algérie en titre ne s’avoue pas vaincu.
L’élimination malvenue
Dans son antre du 20 août 1955 (Ruisseau), le CRB aura à cœur de signer une « remontada » et se faire une place parmi les 16 clubs qui animeront la phase de poules. Si jamais les Belouizdadis quittent l’épreuve précocement, ça sera une grosse désillusion. Cela pourrait annoncer une crise et tendre les rapports entre la direction et les supporters. Ces derniers n’ont pas hésité à montrer leur mécontentement de la manière dont le club est géré. Aussi, ils n’ont pas été satisfaits du mercato et le travail de Hocine Yahi, Directeur Sportif.
In fine, notons que l’ES Sétif, l’autre représentant algérien dans ce tournoi, aura une tâche similaire à celle du « Chabab ». Après s’être inclinés 3 buts à 1 contre le FC Nouadhibou (Mauritanie), les Sétifiens se voient contraints de l’emporter lors du second acte programmé au stade 8 mai 1945 à partir de 18h. Le calibre de l’adversaire n’est pas le même mais la méfiance et le sérieux sont de mise. n