Pour rendre hommage au regretté Kobe Bryant, décédé le 26 janvier dernier dans un accident d’hélicoptère avec 8 autres personnes, les «Lakers» ne pouvaient pas espérer mieux. Dans la nuit de samedi à dimanche, ils ont pu s’offrir la finale NBA en dominant les Nuggets de Denver 117 à 107 (4 – 1 dans la série) avec un énorme LeBron James auteur d’un triple-double. Ce dernier jouera la 10e finale de sa carrière en 13 ans. Énorme.

En ligne de mire, il y aura un éventuel record à aller chercher. Celui des Boston Celtics qui comptent 17 couronnements en NBA. Et, comme un clin d’œil de l’histoire, la franchise de Los Angles pourrait croiser les «Celtics» qui ont essayé de recoller à 3-3 face au Miami Heat dans la nuit précédente. Autrement, pour James, ça sera le team de la Floride duquel il avait déjà porté les couleurs entre 2010 et 2014 gagnant deux titre en 2012 et 2013.
Bien évidemment, tous les regards seront braqués sur LBJ qui est certainement l’un des meilleurs joueurs dans l’histoire de la balle au panier. Pour certains, il est du même calibre du légendaire Michael Jordan. Toutefois, il compte 3 bagues en moins. Tout comme les titres du MVP de la saison avec 6 distinctions pour la star éternelle des Chicago Bulls.

27e triple-double en play-offs!
La différence pourrait se faire dans la faculté de LeBron à gagner avec trois équipes différentes. Ce que Jordan n’a jamais réussi à faire sachant qu’il a passé 13 années de ses 15 sur le circuit avec les Bulls. «King James» est devant une belle occasion pour donner plus de légitimité à son statut de «The Chosen One». Surtout qu’il avait promis, à la mort de Kobe Bryant, de tout faire pour que les Californiens du Sud se posent de nouveau sur le trône de la NBA dix années après leur dernier sacre en la matière. Pour le match 5 face aux «Nuggets», il a sorti ses habits de lumière et le 27e triple-double (38 points, 16 rebonds et 10 passes) de sa carrière en playoffs pour propulser les Angelenos à la dernière étape dans la bulle de Disney World. Ainsi, «The King» s’est offert sa 9e finale lors des 10 dernières saisons. Un exploit qui en dit long sur sa constance sachant qu’il a échoué dans ce registre l’an dernier uniquement pour sa première saison avec l’écurie de L.A.
«Un objectif plus important»
Sa remarquable performance n’a pas laissé Magic Johnson, illustre meneur des Lakers, indifférent : «Qu’on ne vienne pas me dire que LeBron James n’est pas le MVP de cette ligue après une telle performance qui emmène les Lakers en finale !», a-t-il tweeté. Pourtant, cette récompense individuelle a été attribuée à Giannis Antetokounmpo, à l’issue d’un vote que James n’avait pas digéré. A juste titre on a envie de dire.
Ce fâcheux épisode ne semble pas avoir plombé le géant de 2m06 qui préfère se focaliser sur l’objectif collectif. «Il faut en profiter, seules deux équipes se qualifient chaque année pour la finale. Mais nous avons un objectif plus important», a lancé le natif de l’Ohio en fin de partie. Comme pour annoncer qu’à 35 ans, il n’a qu’un seul but en tête : se poser sur les sommets de la NBA et entrer, un peu plus, dans l’histoire du basketball américain. n