Le championnat arabe de cross-country, prévu à Amman (Jordanie) aujourd’hui, ne constituera qu’une étape de préparation pour la sélection nationale (messieurs et dames) qui s’y trouve depuis mercredi. Participant avec pas moins de 36 athlètes, la Fédération algérienne d’athlétisme (FAA) considère que ces athlètes engagés «ne sont pas encore au top» de leur forme habituelle.

L’instance fédérale algérienne explique dans un communiqué que «ces championnats arabes des nations interviennent au moment où la quasi-totalité des internationaux algériens sont encore en pleine période de préparation». Elle ajoute d’ailleurs que cette situation «empêche  ces crossmen de viser top haut» à Amman, «surtout s’ils sont confrontés à des adversaires beaucoup plus en jambes». Par contre, et certainement pour ne point paraître bien ridicule de participer à une compétition régionale sans objectif précis, la FAA estime qu’elle place «tout de même quelques espoirs de performance sur certains athlètes», notamment, Oussama Cherrad chez les juniors (garçons) et sur le jeune Jijilien Aïssa Lefilef chez les cadets (garçons). Pour la FAA, les performances de Cherrad et Lefilef permettent bien à la sélection nationale de s’illustrer également dans les épreuves par équipes, dans ces deux catégories d’âge.

Six athlètes par catégorie d’âge et de sexe à pied d’œuvre
L’instance fédérale algérienne de la discipline a décidé de participer avec ces 36 athlètes  à raison de six candidats par catégorie d’âge et par sexe, à savoir : 12 seniors (6 messieurs et
6 dames), 12 juniors (6 messieurs et
6 dames) ainsi que 12 cadets (6 garçons et 6 filles). Il est utile de préciser au passage que chez les messieurs, cinq des six athlètes retenus par la Direction technique nationale (DTN) sont membres de la sélection nationale militaire (Crepsm). Il s’agit de  Bourouina Kheireddine, Laâmèche El Hadi, Hadjlaoui Hamza, Khaouas Rabah et Zengli Mansour. Quant au sicème athlète il s’agit du socisétaire du CSF Sétif, Yousfi Hamza. Chez les dames, la DTN a essentiellement privilégié les athlètes de Bordj Bou Arreridj et de l’AS Protection Civile d’Alger, estimant qu’elles sont «les plus en forme en ce moment», tout en renforçant le groupe par deux émigrées. Il s’agit de Bouakila Athina et Bahi Azoum Fatiha, qui évoluent en France, et qui se troiuvent donc aux côtés de Kenza Dahmani et Tinhinane Boumaâza (Bordj Bou Arréridj), ainsi que Riham Sennani et Malika Benderbal de l’AS Protection Civile d’Alger.

Stage bloqué avant le départ

Chez les juniors (garçons), la DTN a choisi Oussama Cherrad (Bordj Bou Arreridj), Benkrama Mohamed (Batna), Amdani Zakaria (Bordj Bou Arreridj), Ousser Younès (Tlemcen), Drabli Amine (Crepsm) et Tibouk Fouad (Jijel). Chez les juniors (filles), l’Algérie sera représentée par Boudoukha Yasmine (Sétif), Habbache Asma (Bordj Bou Arreridj), Habbache Khadidja (Bordj Bou Arreridj), Aïb Ahlam (M’Sila), -Dahmani Yamina (Chlef) et Bouokba Fatima Zohra (Aïn Defla). Chez les cadets, la direction technique nationale a retenu Lefilef Aïssa (Jijel), Saâda Mohamed (Chlef), Daoud Abderrahmane (Sétif), Dalaâ Yazid (Chlef), Saâdou Kheireddine (Aïn Defla) et Touati Abdeslam (Chlef), ainsi que Chibah Nawal (Tizi Ouzou), Rezig Ghania (Chlef), Harizi Mokhtaria (Tissemsilt), Mekki Ismahane (Bordj Bou Arreridj), Hadj-Abdelkader Nouzha (Ind) et Maâmar Hadjira (Chlef) chez les filles. A noter qu’avant le départ vers Amman mercredi dernier, la sélection algérienne a effectué un stage bloqué du 28 décembre 2018 au 2 janvier 2019 à Zéralda (Ouest). Ces athlètes ont d’ailleurs fait  l’impasse sur le cross d’El Mokrani, disputé samedi dernier à Bordj Bou Arréridj pour éviter d’éventuelles blessures qui pourraient compromettre leurs chances de participation aux grands évènements immédiats.n