En battant assez laborieusement le mal classé Watford (2-0) samedi en ouverture de la 31e journée, Liverpool a provisoirement délogé Manchester City de la tête de la Premier League. Avec 72 points, les Reds en comptent deux de plus que les Citizens, qui se déplacent chez l’avant dernier, Burnley, dans l’après-midi, alors que les deux rivaux se retrouveront dans huit jours à l’Etihad pour en découdre directement. Mais avant de se projeter vers ce duel crucial ou même vers le quart de finale aller de Ligue des champions contre Benfica, mardi, les hommes de Jürgen Klopp devaient assurer face aux Hornets, 18e et premier relégables avec 22 points. Comptant
3 points de retard mais 3 matches de plus qu’Everton qui le précède au classement, le maintien sera sans doute compliqué à aller chercher, même si le match contre Liverpool aurait de quoi leur donner quelques motifs d’espoirs. Peu en jambes et semblant manquer de jus, ce qui n’est pas très surprenant après une trêve internationale, les Reds ont eu du mal à déstabiliser leur adversaire et à se montrer réellement dangereux. Le match a basculé au coeur de la première période, quand le milieu de terrain Juraj Kucka, après avoir récupéré le ballon et s’être projeté vers l’avant, a perdu son face-à-face avec Alisson (22e). Trente-quatre secondes plus tard, à l’autre bout du terrain, Diogo Jota a devancé de la tête le gardien Ben Foster pour couper un centre de Joe Gomez, décalé à droite pour pallier l’absence de Trent Alexander-Arnold, et ouvrir le score (1-0, 22e). Kucka a été le héros malheureux du match puisqu’il a provoqué, en toute fin de match, le pénalty du 2-0, transformée par Fabinho, en plaquant littéralement au sol Jota sur un corner (89e). Watford pourra aussi regretter une grosse occasion ratée par Joao Pedro peu avant l’heure de jeu, mais même un Liverpool loin d’être à 100% était encore trop fort pour lui.
(APS)