Jeunes porteurs de projets innovants et patrons de start-ups depuis au moins trois ans, à vos marques ! Les dépôts de candidatures à la 3e édition du Challenge Startupper de l’Année, dont l’entreprise Total Energie est l’initiatrice, débute aujourd’hui 4 novembre 2022.

Par Bouzid Chalabi
Les inscriptions à ce concours international, piloté localement par Total Energies Lubrifiants Algérie, sont donc ouvertes à compter de ce jour et accessibles directement en ligne sur le site http://startupper.totalenergies.com Les postulants ont alors jusqu’au 23 décembre 2021 pour remplir leur dossier de candidature. Selon Sami Oumer, Directeur général Total Energies exploration et production, président du jury pour désigner trois lauréats, qui animait hier à Alger une conférence de presse en compagnie de Stéphane Talleneau (Directeur général TE lubrifiants Algérie), « la 3e édition du Challenge Startupper de l’Année réaffirme la volonté de Total Energies de soutenir le développement socio-économique des pays dans lesquels la Compagnie est implantée en Afrique. Il contribue localement au renforcement du tissu social, à travers l’appui apporté aux entrepreneurs et entrepreneuses les plus innovants dans la réalisation de leur projet ».
A propos de savoir comment participer au concours et ses conditions, c’est au Directeur général TE lubrifiants Algérie qu’est revenue cette tâche. Il a expliqué que le Challenge Startupper de l’Année par Total Energies soutiendra et récompensera de jeunes entrepreneurs ou entrepreneuses, âgés entre 18 et 35 ans, ayant soit un projet de création d’entreprise, soit une start-up de moins de trois ans, quel que soit le secteur d’activité. « Quant au jury local, il sera composé d’experts, de personnes issues du monde des start-ups et d’acteurs locaux du Développement durable et de responsables de Total Energie Lubrifiants Algérie », a-t-il indiqué. On apprend de ce responsable que la tâche du jury consistera à évaluer les projets sur la base de trois critères : leur réponse aux enjeux du Développement durable, leur caractère innovant et, enfin, leur faisabilité ainsi que leur potentiel de développement. « A la suite, il sera désigné trois lauréats. Un pour le meilleur projet de création d’entreprise, un autre pour la meilleure start-up de moins de trois ans et, enfin, la lauréate de la meilleure entrepreneuse », a-t-il détaillé. Sur ce dernier titre, Stephane Talleneau a rappelé : « C’est une nouveauté pour cette 3e édition, dans le but affirmé d’encourager tout particulièrement l’entrepreneuriat féminin. » Il a par ailleurs fait savoir que les noms des 3 lauréats seront connus en mai 2022. Chacun d’eux deviendra « Startupper de l’Année par Total Energies » et bénéficiera d’une dotation financière, d’un accompagnement personnalisé et d’une campagne médias pour donner de la visibilité à son projet. Le responsable a enfin souligné : « A l’issue de la nomination des trois lauréats par pays, un jury international se réunira pour sélectionner les trois « Grands Gagnants/Gagnantes » des 32 pays africains.
Il convient de rappeler que les lauréats algériens de la Première édition (2016, une gagnante) et la seconde (2019, deux gagnantes et un gagnant) sont membres du jury 2022. Notons que l’édition de 2019 a enregistré un total de 50 000 inscriptions au challenge, venant de 55 pays dans le monde, mais seulement 14 500 dossiers ont été retenus dont 65% proviennent du continent africain. Sur les six grands gagnants nommés trois sont Africains. <