À près de deux mois et demi d’une élection présidentielle déterminante, le paysage politique commence à prendre forme pour la grande bataille en perspective.
La machine électorale a été lancée et devrait entrer vite dans le vif du sujet au fur et à mesure qu’approche le jour J. Les Algériens qui savent que l’élection présidentielle est importante pour le pays, tant la fonction de président concentre entre ses mains des leviers cruciaux du pouvoir, ne demandent qu’à être captivés par les acteurs politiques qui souhaitent à devenir chef d’Etat. Les candidats auront justement à convaincre l’électeur, plutôt sceptique, à faire le bon choix le jour du vote. Une mission qui ne sera évidemment pas de tout repos, l’Algérien semble s’être irrémédiablement installé dans un scepticisme épais. Les taux d’abstention des dernières joutes électorales sont d’ailleurs éloquents sur cette défiance manifeste des Algériens vis-à-vis de tout ce qui a trait au pouvoir politique, exprimée par des critiques acerbes concernant un système, duquel «il n’y a désormais rien à attendre». Les différents candidats qui se sont déclarés et d’autres qui devraient se déterminer incessamment s’engagent dans une bataille qui ne tardera pas à monter en intensité. Comme à chaque fois, il sera question d’âpre compétition avec les inévitables coups en dessous de la ceinture. Les réseaux sociaux joueront évidemment leur rôle dans « la subversion ». Les deux prochains mois seront sans nul doute cruciaux pour les institutions qui auront pour tâche d’organiser le vote et à en garantir la transparence et la légalité. Il y va de la crédibilité de l’Etat et de ses institutions. L’Algérie, considérée comme un pays stable ayant résisté aux vents démoniaques du « printemps arabe», aura à confirmer cette «stabilité». Le vote pour la présidentielle a ceci de particulier qu’il expose le pays à un regard international, qui sera particulièrement pris en compte.
Un challenge à relever pour un pays qui, plus que jamais, a besoin de prendre les chemins vertueux
de la démocratie.